Publicité

Miroir inversé du vote FN : les cartes du vote Macron

Par
La France d'Emmanuel Macron
La France d'Emmanuel Macron
© Visactu

Carte. Quelle France a voté ce dimanche pour Emmanuel Macron ? Un vote exactement inverse à celui du Front national, implanté dans un Ouest et un Centre traditionnellement à gauche et catholique : trois composantes expliquées par le démographe Hervé le Bras.

La France qui a voté ce dimanche pour Emmanuel Macron est exactement inverse à celle du FN, conquise sur les terres traditionnellement acquises à la gauche, et globalement catholique sur les traces de François Bayrou : trois composantes expliquées par le démographe Hervé le Bras, directeur d'études à l'EHESS et chercheur émérite à l'Institut National d'Études Démographiques (INED).

1) La France de Macron, miroir inversé de celle du FN

Comparaison de la part des votes pour E. Macron et pour M. Le Pen
Comparaison de la part des votes pour E. Macron et pour M. Le Pen
© Visactu

Ces deux France se regardent comme le miroir inversé l'une à l'autre. A la France frontiste du Nord Est et du rivage méditerranéen répond la France macroniste de l'Ouest et du Centre. A un niveau plus fin d'analyse, on constate également un vote plus urbain pour Emmanuel Macron, et plus rural pour Marine Le Pen (lire " Exode urbain et inégalités : les cartes du vote FN").

Publicité

2) Les bastions de gauche à l'Ouest et au Centre

Les candidats arrivés en tête du 1er tour de l'élection de 2017 en Corrèze
Les candidats arrivés en tête du 1er tour de l'élection de 2017 en Corrèze

Exception faite de la vallée de la Garonne (Agen, Montauban, l'embouchure de la Garonne), où le Front national est traditionnellement implanté, l'Ouest de la France - Bretagne, Massif central, Sud-Ouest aquitain - a majoritairement voté pour Emmanuel Macron. "Ce vote Macron se fait autour de trois principaux pôles : la Bretagne (Le Drian), la Corrèze (Hollande) et les Pyrénées-Atlantiques (Bayrou)" souligne Hervé le Bras.

Le candidat arrivé au 1er tour de l'élection de 2017 dans les Pyrénées-Atlantiques
Le candidat arrivé au 1er tour de l'élection de 2017 dans les Pyrénées-Atlantiques

3) Un vote catholique fidèle à celui de François Bayrou

La France catholique
La France catholique
- IFOP

Contre une interprétation superficielle qui prêterait à François Fillon un report unanime du vote catholique, Hervé le Bras met en avant l'hypothèse d'un vote catholique pour Emmanuel Macron, à l'Ouest en tous cas, globalement fidèle au vote centriste dévolu à François Bayrou. Voici les cartes de l'institut de sondages Ifop de la répartition des catholiques de culture et des catholiques pratiquants en France, une carte qui change très peu depuis deux siècles.

Le report des électeurs de François Bayrou a en effet été fidèle à 56% : quatre cinquièmes des électeurs bayrouistes ont voté pour Emmanuel Macron, contre seulement un cinquième pour François Fillon (17%).

A ces éléments d’analyse géographique, il faut ajouter des composantes sociales du vote en faveur d'Emmanuel Macron, détaillées notamment dans une note de l'Ifop consacrée à cet " électorat en cours de cristallisation" : électeurs équilibrés en termes générationnels (écarts peu marqués d’une tranche d’âge à une autre), cadres supérieurs, professions intellectuelles et classes moyennes, structurés principalement selon le niveau de diplôme.

A LIRE " La Religion dévoilée. Nouvelle Géographie du catholicisme", avril 2014 et " La Guerre des trois. La primaire de la droite et du centre", janvier 2017, par Jérôme Fourquet et Hervé Le Bras. Fondation Jean-Jaurès, coll. Les Essais.

A LIRE " Exode urbain et inégalités : les cartes du vote FN"