Publicité

Mission Rosetta, c'est bientôt la fin

Par
La comète Chourimov-Guerasimenko
La comète Chourimov-Guerasimenko
- ESA

L'orbiteur Rosetta, qui avait largué sur la comète P67 Tchourimov-Guerasimenko, le petit robot Philae, va terminer sa mission en beauté le 30 septembre prochain en allant s'écraser sur la comète. C'est la fin d'un voyage entamé en 2004. Les résultats scientifiques sont impressionnants.

Dans un mois, le 30 septembre prochain, c'est la fin de la mission Rosetta. L’orbiteur ira s’écraser sur la comète Tchourimov Guerasimenko, après une descente contrôlée de six heures. Les communications avec le petit robot Philae, qui a atterri sur la comète le 12 novembre 2014, ont été coupées définitivement le 27 juillet dernier.

Philae a atterri sur la comète Tchouri, mais ses harpons ne se sont pas déclenchés. Le réacteur qui devait la plaquer sur la comète n’a pas fonctionné non plus : du coup, le robot a rebondi trois fois avant de s’immobiliser sur le côté et à l’ombre, sans doute derrière deux rochers, avec ses antennes de communication dans le mauvais sens.

Publicité

Malgré cela, 80% des expériences que devaient faire le robot ont été réalisées : seuls deux instruments sur 12 n’ont pas fonctionné.

le 13 août dernier, l'émission "les Passeurs de science" était consacrée à la mission Rosetta

Moisson scientifique impressionnante

Rosetta a continué son ellipse autour de la comète P 67 Tchouri sans aucune interruption. Là aussi, il y a eu quelques petits soucis techniques en fin de mission, sur deux instruments, mais rien d’irrémédiable. La moisson scientifique permet de mieux comprendre comment des bactéries ou des éléments chimiques, briques de vie, ont pu ensemencer la terre.

Pourquoi Rosetta va s'écraser sur la comète ?

Si les ingénieurs de l’ESA, l’Agence Spatiale Européenne, se sont résolus à couper les communications entre Rosetta et Philae, qui ne répondait plus, c’est aussi pour économiser l’énergie de Rosetta. L’orbiteur s’éloigne de plus en plus du soleil et reçoit donc de moins en moins d’énergie sur ses panneaux solaires.

Il y avait deux solutions pour Rosetta, selon l’Agence spatiale européenne : soit la laisser dériver dans l’espace, ou terminer en beauté, par ce que certains ont appelé "le baiser de la mort".

En arrivant sur la comète Tchouri, Rosetta va viser un trou : une fois posée, les panneaux solaires de l’orbiteur, qui n‘étaient pas construits pour atterrir sur une comète, vont être brisés, et le logiciel de commande de vol aura donné l’ordre d’extinction. Pendant les six heures de descente, en faisant des circonvolutions de plus en plus petites, Rosetta devrait avoir pris au moins une dizaine de clichés exploitables.

La sonde avait été lancée en 2004. Elle a recueilli un nombre impressionnant de données qu’il faudra des années pour exploiter.

L’objectif de la mission Rosetta était de mieux comprendre l’évolution de notre système solaire depuis sa naissance, les comètes étant considérées comme des vestiges de la vie primitive.