Monter un opéra en classe, aujourd'hui, c'est facile !

Publicité

Monter un opéra en classe, aujourd'hui, c'est facile !

Par
Depuis les années 90 l'éducation nationale peine à faire revenir le chant sur les bancs de l'école
Depuis les années 90 l'éducation nationale peine à faire revenir le chant sur les bancs de l'école
© Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN

"Trois compositeurs écrivent pour l'école", c'est le nom d'un projet lancé il y a deux ans par l’académie de Villecroze en lien avec l'Education nationale et Radio France. 1 500 enseignants ont déjà monté un de ces opéras dans leur classe. Encore peu sur les 330 000 professeurs des écoles de France.

Manque de temps et manque de compétences, le double argument est souvent lancé par les enseignants pour expliquer la disparition du chant dans les écoles primaires. L'éducation musicale fait pourtant partie des programmes. Et depuis les années 90, l’Éducation nationale a multiplié les dispositifs pour faire entrer la musique à l'école. Orchestre à l'école, chorales scolaires, réforme des rythmes scolaires ou encore le projet Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale), qui monte des orchestres dans les zones d'éducation prioritaire.

Le numérique comme outil de promotion de l'opéra à l'école

Le plus du projet "Trois compositeurs écrivent pour l'école", lancé par l’académie de Villecroze en lien avec l'Education nationale et Radio France, est qu'il propose de monter des opéras courts. Grâce au site Musique Prim, qui existe depuis 2010, il fournit aux enseignants tout le matériel nécessaire pour y parvenir. Outils pédagogiques en ligne avec conseils pour transmettre le chant, bandes sons enregistrées à Radio France, partitions adaptées selon les niveaux des accompagnateurs, outils d'élargissement vers d'autres matières comme l'histoire, la géographie ou le français, et surtout, stage de formation gratuit autour de l'opéra choisi.

Publicité

Des stages de formation à l'académie musicale de Villecroze

Durant une semaine, les professeurs des écoles, musiciens ou non, abordent le travail de la voix, la mise en scène, la gestion du trac, la diction, la musique de chacun de ces petits opéras afin de les transmettre ensuite en classe.

Ce projet repose sur un partenariat public/privé avec un partage des coût. A la mise à disposition de compétences par Radio-France et l’Éducation nationale pour les enregistrements et le contenu pédagogique du site Musiqueprim, s’ajoute un financement par le mécénat privé de l’Académie musicale de Villecroze et de la Fondation Carasso des commandes, des stages et des rachats des droits.

En tant qu'ancienne pédiatre, je sais la valeur de l'opéra pour le développement de l'enfant. Et je souhaiterais que la musique ait la même place à l'école que les mathématiques.

Anne Postel Vinay, présidente de la fondation Villecroze

Parce que l'opéra ça n'est pas que la musique. C'est bien sûr l'apprentissage de la respiration, du corps, de la concentration mais c'est aussi le groupe, l'écoute de l'autre, le plaisir du collectif.

Chanter seul ou chanter à plusieurs, c'est comme jouer d'un instrument seul ou en orchestre. Le plaisir est décuplé.

Nicolas Saddier, conseiller pédagogique musical de Paris

Et surtout, chanter c'est raconter une histoire et donc réfléchir à un récit et l'exprimer. D'où l'importance de choisir des compositeurs vivants qui "parlent" aux enfants, c'est à dire qui n'écrivent ni trop niais ni trop compliqué.

Des compositeurs qui font le tour des classes à la rencontre de leurs interprètes

Depuis deux ans, la plupart des 37 500 élèves qui ont monté ces trois petits opéras ont pu rencontrer "en vrai" le compositeur. Ils ont échangé, posé des questions sur ce métier, sur la musique et surtout sur le texte. Car, pour bien composer un opéra, un compositeur part en général d'un texte.

C'est très important le texte pour la musique, mais surtout pour les enfants. Aujourd’hui, ils sont assailli de mots qui ne veulent rien dire, de musique sans âme, de vilaines images sur les paquets de corn-flakes. Ils ont de moins en moins accès à la beauté et donc leur sensibilité se développe moins. Or, c'est vital la sensibilité, c'est plus important que des chaussures de marque ou une visite chez Euro Disney ! Isabelle Aboulker, compositeur.

Isabelle Aboulker écrit de la musique pour les enfants depuis le début des années 1980. Elle a donc tout naturellement accepté ce projet. Elle a composé "Myla ou l'Arbre Bateau", un petit opéra pour les tout petits (à partir de 4 ans) qui aborde la question de la mort et pour lequel elle a choisi d'écrire elle même le texte.

Depuis, elle est allée rencontrer des dizaines de classes, notamment pour leur parler de la mort et de la vie. Son opéra, Myla, qui porte le nom de sa petite fille, est le plus joué et le plus donné de ce projet.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.