Publicité

Mort de Claude Parent, théoricien de l'architecture

Par
Claude Parent dans son atelier en 2009
Claude Parent dans son atelier en 2009
© Sipa - Capman

L'architecte et théoricien de l'architecture, Claude Parent, créateur du concept de « fonction oblique » est mort à l’âge de 93 ans. Jean Nouvel qui était son disciple lui a dédicacé sa dernière réalisation : la Philharmonie de Paris. Cinq entretiens permettent de mesurer sa carrière exceptionnelle.

Claude Parent est né en 1923. Architecte dès 1955 à Neuilly, il avait effectué des stages dans les ateliers de Le Corbusier. Bien que membre depuis le 15 mars 2006 de l’Académie des Beaux-Arts, il reste un marginal. Expositions et articles ont beau se succéder, il demeure un électron libre, apprécié pour son dynamisme et son esprit frondeur.

Dans les années soixante, il systématise, avec le verrier devenu philosophe Paul Virilio, une approche de l’architecture inédite : la fonction oblique. Il bascule des maisons cubiques sur l’arrête, il construit des planchers en pente dans les appartements. Sans relâche, il milite pour une architecture de l’effort où chacun doit, en permanence, lutter contre l’attraction terrestre.

Publicité

Homme à part, connu pour son look, chevelu, dandy, amateur de voitures de sport et de Rolls Royce, il se voit confier, dans l’après-68, l’édification de centrales nucléaires. Une fois de plus, il fait scandale. Pourtant dans son agence passent des architectes qui se révéleront plus tard, des talents confirmés, comme Jean Nouvel qui lui rendait hommage ce matin au micro de Guillaume Erner :

L'architecte Jean Nouvel rend hommage à Claude Parent, son maître

1 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En septembre 2012, une série de cinq entretiens réalisée par Philippe Trétiack et diffusée dans A Voix Nue, permettait de revenir sur la carrière exceptionnelle d’un personnage haut en couleurs, tout à la fois central et totalement excentrique de l’architecture du XXème siècle.

1) Architecte par défaut

undefined

0 min

2) Le fou de la diagonale

Le fou de la diagonale

27 min

3) D'oblique et de blocs

D'oblique et de blocs

26 min

4) Le Jimmy Hendrix de l'architecture

4) Le Jimmy Hendrix de l'architecture

27 min

5) Flou look

5) Flou look

28 min

Claude Parent à l'hypermarché Carrefour de Sens qu il a dessiné
Claude Parent à l'hypermarché Carrefour de Sens qu il a dessiné
© Maxppp - Florian Salesse / PHOTOPQR/LA MONTAGNE

En juillet 2012, Claude Parent était l'invité de l'émission Métropolitains, produite et animée par François Chaslin. L'entretien portait plus particulièrement sur les trente dernières années de sa pratique d'architecte.

En juillet 2012, Claude Parent invité de Métropolitains de François Chaslin

53 min

"J’ai toujours aimé le jazz, genre Fats Waller. C’était ça qui me motivait. Et puis on l’a vu évoluer. Et ce qui m’a intéressé, c’est l’évolution. On peut dire que le jazz est devenu plus intellectuel, plus conceptuel. J’avais autant d’affection pour Thelonious Monk, que j’écoutais tout le temps, que pour Fats Waller. Pour moi c’était toujours le jazz. J’espérais ça pour l’architecture : des soubresauts, mais un fond commun qui fait qu’on dit « Là, c’est de l’architecture ! » comme on dit : « Là, c’est du jazz ! »"

En novembre 2011, Claude Parent était l'invité de Laure Adler pour une heure d'entretien dans Hors-champs. Il revenait notamment sur le début de sa carrière où une certaine porosité existait encore entre l'architecture et le monde de l'art, entre les architectes et les artistes.

Claude Parent invité de Laure Adler dans l'émission Hors-champs de novembre 2011

46 min

"J’avais la veine d’avoir un grand frère de 7 ans mon ainé, Michel Parent, qui était jeune et qui comprenait que la préparation à Polytechnique, ce n’était pas pour moi. Alors il a dit : « Il dessine, il adore dessiner, il y a des dessins partout, il a appris tout seul, faites en un architecte ! » Toute la famille a pleuré ! "