Mort de Jean-Loup Rivière, l'homme qui parlait si bien de théâtre

Publicité

Mort de Jean-Loup Rivière, l'homme qui parlait si bien de théâtre

Par
Jean-Loup Rivière en 2011
Jean-Loup Rivière en 2011
© Radio France - S. Marchand

Dramaturge, critique de théâtre, ancien Secrétaire général et directeur artistique de la Comédie-Française, il a consacré sa vie au théâtre. Ancien producteur de l'Atelier de création radiophonique, Jean-Loup Rivière est souvent intervenu sur l'antenne de France Culture. Hommage.

On a appris la mort il y a quelques jours d'une figure de la critique dramatique en France : Jean-Loup Rivière, dramaturge, critique de théâtre, professeur d'études théâtrales. 

Après des études de philosophie à l’université de Caen, Jean-Loup Rivière s'exprime rapidement dans différents médias. La radio, d'abord, où il est à partir de 1973 l'un des producteurs de L’Atelier de création radiophonique sur France Culture, invitation pour les artistes et chercheurs à confronter leurs pratiques à la création radiophonique. Il prête également sa plume au journal Libération en tant que critique dramatique. 

Publicité

Il devient ensuite Secrétaire général de la Comédie-Française de 1983 à 1986, où il collabore avec son ami le metteur en scène Jean-Pierre Vincent. Il s’intéresse particulièrement aux publications, et prend alors la tête du magazine Comédie-Française et de La Gazette du Français.

Enfin, ces dernières années, Jean-Loup Rivière avait concrétisé sa passion pour la transmission en dirigeant le département de recherches théâtrales à l’université Paris-Nanterre, à partir de 2001. Et il avait enseigné l’art du théâtre à l’Ecole normale supérieure de Lyon et la dramaturgie au Conservatoire national supérieur d’art dramatique.

Dans un article de Libération, la productrice Laure Adler a rendu ce lundi un hommage à son ami Jean-Loup Rivière par ces mots : 

Du théâtre, il disait qu’il mettait en mouvement le corps d’abord puis réactivait l’intelligence. Art par essence de l’éphémère, il savait en prolonger les plaisirs dans l’après-coup de la représentation : publications de textes sur l’art de l’acteur, enseignement novateur au conservatoire et à l’Ecole normale supérieure, traductions de textes de théâtre de l’italien et du catalan, directeur de revues de théâtre importantes par la diversité des approches. Laure Adler 

Parmi ses nombreux passages sur l'antenne de France Culture, Jean-Loup Rivière était venu en 2011 dans Les Chemins de la philosophie pour percer les mystères de la gestuelle sur scène, un langage à part entière.

Les Chemins de la philosophie : la main, 14/09/2011

58 min

On reconnaît un mauvais comédien à ses mains. Un acteur qui ne sait pas quoi faire de ses mains, c'est le point par lequel on comprend qu'un acteur est déficient. Le geste est un langage, mais il peut aussi être de l'action. Il n'y a pas 36 parties du corps qui peuvent être expressifs. Il y a la posture, le visage et les mains. Le mime est comme l'emblème et le restaurateur de la place du corps au théâtre. 

Jean-Loup Rivière prend l'exemple de la gifle infligée par Don Gomès à Don Diègue, dans Le Cid, de Corneille. Le soufflet a valeur d'introduction à l'intrigue de la pièce, dans un monde où la main symbolise les codes d'honneur de l’aristocratie : 

C'est un coup qui est porté, c'est un geste qui blesse, c'est donc un défi. C'est un geste intéressant, parce qu'il blesse, et dans le langage cela signifie un défi. Ce soufflet est donc une phrase. Ce geste est lié à un risque de mort, à une image de la mort. De ce soufflet dans "Le Cid" va s'enchaîner un duel.

Pour Jean-Loup Rivière, les corps ne sont pas uniquement un artifice de la mise en scène, c'est de leur position que peut naître la dimension tragique d'une pièce : 

Depuis l'Antiquité, on soutient que le geste est un langage originel, sinon universel. L'intérêt que des artistes ou des philosophes peuvent avoir pour le geste est de se dire "il y a là quelque chose qui n'est pas le langage, qui permet de mentir, de se déguiser, de se travestir". Le geste est une parole qui peut se dissimuler. 

Les Chemins de la philosophie
50 min