Publicité

Mort de la compositrice Anne Sylvestre, après 60 ans de chansons féministes, drôles ou enfantines

Par
Anne Sylvestre en 1969
Anne Sylvestre en 1969
© Getty - Pierre VAUTHEY

Qu'elle ait bercé votre enfance avec ses "fabulettes", ou que vous ayez vibré à l'écoute de ses paroles émouvantes, parfois en colère, vous avez certainement entendu au moins l'une des compositions de cette chanteuse compositrice depuis plus de 60 ans. Anne Sylvestre vient de mourir, à 86 ans.

"Parfois, je me réveille avec une chanson dans la tête, je ne sais pas d'où ça vient. J'ai toujours une musique dans la tête. Ce n'est pas anodin, une chanson, c'est compliqué, il y a une responsabilité", disait-elle en 2017 au micro de France Culture. La mort de la chanteuse Anne Sylvestre a été annoncée ce mardi 1er décembre, à l'âge de 86 ans.

Née en 1934, Anne Sylvestre passe son enfance près de Lyon avant de monter à la capitale avec sa famille, puis de s'installer dans le XXe arrondissement de Paris qu'elle ne quittera plus. "J’étais très bonne à l’école, j’avais le prix d’excellence tous les ans ce n’était pas drôle. Ça s’est gâté par la suite, quand on m’a prêté une guitare et que j’ai fait des chansons au lieu de traduire Virgile. J’ai commencé à chanter dans les cabarets, Virgile, non", confiait-t-elle.

Publicité

Sa carrière d'artiste débute à la fin des années 1950. Elle a 23 ans quand elle ose enfin présenter ses chansons sur la scène du cabaret de Michel Valette "La Colombe" d'abord, puis au "Cheval d'Or", à "La Contrescarpe" ou encore aux "Trois Baudets" où elle chantera jusqu'en 1962. Elle choisit le pseudonyme d'Anne Sylvestre : 

Anne-Marie ce n'était pas possible. Je voulais un nom de chanteuse. J’aimais beaucoup le prénom Sylvestre qui me rappelait des chansons de mon enfance mais au départ je n’ai pas pensé au sens qu’on pourrait lui donner, alors après on me voyait toujours au milieu des arbres avec une robe verte. Mais ce n’était pas mon intention de départ ! Anne Sylvestre sur France Culture en 2011

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Elle est alors l'une des premières femmes à écrire et composer ses chansons, aux côtés de Nicole Louvier ou d'Hélène Martin : 

Pendant très longtemps, il y avait beaucoup de chanteuses mais elles chantaient des chansons écrites par des hommes, c'est-à-dire qu'elles chantaient ce que les hommes avaient envie d'entendre… Et ça a été un peu déconcertant je pense d'avoir des femmes qui arrivaient, puis qui disaient, avec leurs mots. Anne Sylvestre, sur France Culture en 2015

Avec son premier disque, un 17cm intitulé "Mon mari est parti" sorti en 1959, le nom de la jeune chanteuse retentit à la radio. Autrice-compositrice-interprète souvent accompagnée d'une guitare, on la compare à Georges Brassens. Ce dernier, d'ailleurs, la remarque : "On commence à s’apercevoir qu’avant sa venue dans la chanson, il nous manquait quelque chose et quelque chose d’important". Anne Sylvestre chante les faits de société, la sororité, le rapport au corps, la maternité… des sujets qu'on entend alors peu en chansons. En 1960, elle reçoit le prix de l’Académie de la chanson française. 

59 min

Le succès inattendu des Fabulettes 

C'est en 1962 que sort 45 tours "Les Fabulettes", des chansons destinées aux enfants écrites à la naissance de sa première fille, des "fables" composées "dans le même esprit que ses autres chansons", disait-elle, "valeurs morales, tolérance, écologie". Alors que sa maison de disques, Philips, doute du projet, l'album connaît un immense succès populaire. "C'est la faute des enseignants, ça", s'amusait-elle dans une interview donnée à Libération

"Je suis heureuse et fière d'avoir écrit les Fabulettes. Mais je ne suis pas une chanteuse pour enfants", affirmait-elle dans La Grande Table en 2014. Bien plus tard, en 1993, Anne Sylvestre s'adresse néanmoins de nouveau au jeune public, en créant le conte musical pour enfants Lala et le cirque du vent, dans lequel elle invite une autre autrice-compositrice-interprète, Michèle Bernard, son amie de longue date, sa "sœur de scène".

26 min

Un répertoire féministe et engagé 

Dans les années 1970, son succès sur la scène du Théâtre des Capucines la convainc de monter sa propre maison de disques, Sylvestre, en distribution chez Barclay. Elle sort alors son premier album auto-produit en 1973, Les Pierres dans mon jardin. Entre 1975 et 1986, Anne Sylvestre produit cinq albums de chansons pour adultes et enregistre pour la première fois en public, à l'Olympia. Entre 1990 et 1992, la chanteuse parcourt l'Europe et voyage même jusqu'au Canada, avec son spectacle "Détour de chant". 

Son répertoire est riche de chansons engagées comme "Non, tu n'as pas de nom" (1973) au sujet de l'avortement, deux ans avant la loi Veil. Anne Sylvestre revendique l'appellation de chanteuse "féministe" : "Je suppose que ça m'a freinée dans ma carrière parce que j'étais l'emmerdeuse de service, mais ma foi, si c'était le prix à payer..." En 2007, elle défend la cause du mariage homosexuel dans "Gay, marions-nous !".

Un engagement en chansons qu'elle retraçait dans l'émission Continent musiques, à l'occasion de ses 60 ans de carrière. Dans une programmation personnelle, Anne Sylvestre rendait aussi hommage à ses camarades féminines de la chanson française qui, comme elle, ont chanté les femmes et les hommes, leurs doutes et leurs espoirs.

58 min

Il y a deux ans dans Le Réveil culturel, Anne Sylvestre parlait de sa passion des mots, ceux qui donnent de l'espoir : 

Les mots, il faut les laisser venir, et il faut aller les chercher. Depuis le temps, j'ai écrit beaucoup de chansons, et ce que je crains le plus, c'est de trop savoir faire : ce que je veux, c'est trouver des façons nouvelles. Le mot le plus doux, ça pourrait être "demain", avancer, quoi ! Pendant longtemps, le mot le plus doux pour moi, a été "maman". Ces  beaux mots, il faut les sauver, les intégrer dans des chansons. Le mot que je n'aime pas ? "Perdre". Les gros mots, pour moi ? "Argent", "pouvoir", "arrogance", "mépris". Le plus beau du monde : "oui". Parce que oui, qui dit l'accueil et non le refus. Anne Sylvestre

%C3%A0%20lire%20aussi : A%20voix%20nue%20Anne%20Sylvestre
58 min