Publicité

Mort du comédien et scénariste Jean-Pierre Bacri, attachant et exigeant bougon

Jean-Pierre Bacri en 2000
Jean-Pierre Bacri en 2000
© Getty - Stephane Cardinale - Corbis

Jean-Pierre Bacri, comédien et scénariste célèbre pour son travail en duo avec Agnès Jaoui, a succombé à un cancer ce 18 janvier 2021. Sachant bougonner comme personne, il laisse l'image d'un acteur exigeant en quête d'un parfait jeu minimal.

"Rien de mieux que la comédie dramatique pour dire la vie", déclarait-il au micro de France Culture, en 2018. Le comédien et scénariste Jean-Pierre Bacri a succombé à un cancer à 69 ans. Jean-Pierre Bacri, c'est d'abord l'écriture de pièces et de scénarios dans les années 1990, décennie lors de laquelle il explose avec sa complice de toujours, Agnès Jaoui. 

Au début, on se faisait croire que j'étais spécialiste des dialogues et elle, des histoires. Mais en fait, chacun amène toujours des choses à l'autre, comme dans une conversation ininterrompue. Au fur et à mesure, quand on est devenu un peu plus expérimenté, qu'on a eu un peu moins peur de l'écriture, on a fini par définir une méthode. Maintenant, on mélange les savoirs. Jean-Pierre Bacri sur France Culture, en 2012

Publicité

On se souvient de Cuisine et dépendances adapté à l'écran, ou de leur scénario de Smoking / No smoking et On connaît la chanson d'Alain Resnais. Citons aussi Un air de famille de Cédric Klapisch ou Le Goût des autres d'Agnès Jaoui, au tout début des années 2000, des comédies hilarantes, grinçantes, très tendres aussi, qui sont d'énormes succès. 

1h 03

En tout, quatre Césars du meilleur scénario et un César du meilleur acteur dans un second rôle en 1998 dans On connaît la chanson d'Alain Resnais, où à l'écran c'est cet éternel, cet inimitable râleur qui ne sourit jamais.  

Jean-Pierre Bacri, c'est celui qui en fait peu, et qui pourtant pensait en faire déjà trop. Il le disait sur notre antenne dans "le Tête-à-tête" de Frédéric Taddeï en 2012 :  

En tant qu'acteur, j'essaie de soustraire un maximum. Certains acteurs dont j'adore tellement la sobriété, je me dis il faut arriver là, à cette absence de volonté, cette absence d'ostentation. Et c'est tellement juste tout ce qu'ils font. Souvent, je regarde un film avec Agnès ou avec un ami et je dis "regarde, il fait rien, ce mec, il fait rien et c'est formidable. Regarde ça, il a rien fait, rien." Jean-Pierre Bacri

La dernière fois qu'on a vu Jean-Pierre Bacri à l'écran, c'était en 2018, notamment pour Place publique, réalisé par celle qui l'aura accompagné toute sa vie, Agnès Jaoui. Il était là aussi, comme à ses débuts, à l'écriture de cette dernière comédie décapante.

30 min

Réaction attristée cet après-midi du metteur en scène Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point, qui salue l'authenticité de Jean-Pierre Bacri :  

Il ne se laissait pas avoir par des flatteries ou par je ne sais quelle volonté de se montrer, ou de réussir. C'était quelqu'un qui choisissait ce qu'il voulait faire et qu'il l'écrivait quand il en avait envie. Ses états d'âme étaient des états d'âme qu'il transportait dans tous ses personnages, mais c'était aussi une manière de jouer. Il était à la fois d'une sincérité absolue et en même temps, c'était un peu sa façon d'atteindre les autres. Quelle image de lui il me reste ? Je pense que c'est nos fous rires. C'était quelque chose d'incroyablement profond, bouleversant, et cela faisait un bien fou. Il avait une espèce de sensation de la stupidité du monde, et parfois, on a partagé des fous rires infinis. Jean-Michel Ribes

20 min