Mort du peintre espagnol Eduardo Arroyo

Publicité

Mort du peintre espagnol Eduardo Arroyo

Par
Eduardo Arroyo en avril 2006
Eduardo Arroyo en avril 2006
© Getty - Sofia Moro

Cet artiste engagé, qui a fui le franquisme, était l’un des plus grands peintres espagnols de ces cinquante dernières années. Réécoutez l'un de ses entretiens sur France Culture.

Eduardo Arroyo est mort aujourd'hui à l'âge de 81 ans. Il est l’un des plus grands peintres espagnols de ces cinquante dernières années. Cet artiste engagé, qui a fui son pays pour préserver sa liberté, n'a jamais cessé, jusqu'à aujourd'hui encore, de dépeindre l'humanité.

Né le 26 février 1937 à Madrid, Eduardo Arroyo est considéré comme l’un des grands artistes espagnols de sa génération. Enfant de la guerre d'Espagne, le franquisme a été déterminant dans son itinéraire et sous-tend toute son œuvre. Ses tableaux sont hantés par le sentiment d'amour-haine qu'il voue à son pays natal. Ils traitent des assassinats politiques, de l'exil, es complicités dont bénéficie le régime de Franco.

Publicité

Alors que sa mère est républicaine, son père lui est phalangiste, "comme une bonne partie de la bourgeoisie espagnole de l'époque". Heureusement les deux parents s'entendent sur le terrain de l'anticléricalisme, ce dont il leur saura gré pour avoir ainsi "échappé aux grenouilles de bénitiers" et faire des études au lycée français de Madrid. Ne brillant guère par ses réussites scolaires, et se trouvant à l'étroit dans un pays engoncé entre religieux et militaires, il décide de partir pour la France, pour fuir le franquisme.

Exilé à Paris en 1958, d'abord avec l'intention d'être journaliste, Eduardo Arroyo voulait être écrivain mais décide très vite de peindre. Au micro de Laure Adler en 2011, il évoque le souvenir de son premier tableau : "Jeune de dessinait beaucoup et j'étais très influencé par Modigliani. Mon premier tableau était un portrait d'un camarade avec lequel je faisais mes études de journalisme. Il avait une tête très cubiste, alors j'ai fait un portrait de lui en cubiste."

Ecoutez l'intégralité de l'entretien 

Hors-champs
44 min