Mort du poète Yves Bonnefoy

Publicité

Mort du poète Yves Bonnefoy

Yves Bonnefoy en 1995.
Yves Bonnefoy en 1995.
- ULF ANDERSEN / Aurimages - AFP

Poète, mais aussi traducteur de Shakespeare, professeur de poétique au Collège de France, l'auteur majeur est mort à Paris à 93 ans. Découvrez ses vies et réécoutez un entretien diffusé dans l'émission "Ça rime à quoi".

Le  grand poète Yves Bonnefoy est mort à Paris, ce vendredi, à 93 ans. Poète, écrivain, professeur au collège de France, proche des surréalistes dans sa jeunesse, celui qui était né à Tours dans une famille modeste a souvent été cité pour le Nobel de littérature et fut le premier Français distingué par le prix Franz Kafka. Également prix de l'Académie française en 1981 ou Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son œuvre en 1987. Son oeuvre a été diffusée dans le monde entier.

Il était aussi critique d'art et traducteur, et a porté William Shakespeare en français, comme le racontait récemment Jacques Bonnaffé, en soulignant les différences de style d'une traduction à l'autre.

Publicité

Auteur de plusieurs dizaines d'essais, il a dirigé la collection "Idées et recherches" chez Flammarion et a écrit jusqu'à la fin de sa vie. En 2011, on pouvait ainsi lire ces vers dans le recueil L'heure présente :

« Le souvenir est une voix brisée,
On l’entend mal, même si on se penche.

Et pourtant on écoute, et si longtemps
Que parfois la vie passe. Et que la mort
Déjà dit non à toute métaphore. »

En 2014, à plus de 90 ans, il était l'invité de Sophie Nauleau dans l'émission "Ça rime à quoi" : on y entend sa voix autant que sa pensée, des mots déliés, une pensée toujours vive et un regard aigu sur le monde.

"Ça rime à quoi", janvier 2014

29 min

"Les mathématiques ont beaucoup compté pour moi : d'abord elles m'ont appris la clarté. (...) Cet exercice pour moi était un exemple que j'ai essayé de faire vivre autant que j'ai pu, en particulier dans mes essais en prose. C'était difficile parce que quand on a en tête les intuitions supposées de la poésie, on est comme en porte-à-faux par rapport au système conceptuel ordinaire, si bien qu'on s'embrouille, on atteint des formulations qui sont obscures, qui ne sont souvent que celles dont on a soi-même la clef. Alors il faut travailler d'autant plus pour essayer d'être clair : j'ai passé toute ma vie à essayer de l'être, j'espère que j'y suis arrivé un peu plus qu'avant."

Retour sur les vies d'Yves Bonnefoy avec Sarah Petitbon :

Poète, mais aussi critique d'art, essayiste et traducteur

1 min