Reed Hastings, fondateur de Netflix
Reed Hastings, fondateur de Netflix

Netflix et le "capitalisme attentionnel" : comment la plateforme aliène notre regard

Publicité

Netflix et le "capitalisme attentionnel" : comment la plateforme aliène notre regard

Par

Pionnière parmi les plateformes de diffusion de séries et de films, Netflix a changé beaucoup de choses dans notre rapport aux images. Le producteur Romain Blondeau revient sur la spécificité de cette plateforme et son modèle économique qui la pousse à produire des contenus de manière industrielle.

En 2014, le géant américain du streaming Netflix débarquait en France, soulevant un vague d'inquiétude chez les professionnels du cinéma. Beaucoup craignaient une concurrence déloyale entre un géant américain à la force de frappe marketing inédite et un écosystème culturel français fragile.

Huit ans ainsi qu'une pandémie ont passé et les salles françaises connaissent une baisse de fréquentation historique en cet automne 2022. La plateforme de streaming, qui compte désormais dix millions d'abonnés en France est pointée du doigt.

Publicité

En huit ans, de nouveaux usages de consommation des images se sont développés comme le "binge-watching" — enchaîner tous les épisodes d'une série sans temps mort — ou le "speed-watching", regarder une série en accélérant la vitesse de lecture.

Le "Netflix and chill" qui désigne la tendance à se retrouver à plusieurs sur un canapé pour regarder une série semble remplacer peu à peu l'expérience de la salle de cinéma.

Le producteur de cinéma Romain Blondeau, qui a notamment produit Rodéo de Lola Quivoron (sorti en septembre 2022) analyse dans son essai Netflix, l'aliénation en série (Seuil Libelle, 2022) comment la plateforme a changé notre manière de regarder des fictions.

Tout est fait dans l'interface, mais aussi dans le formatage des contenus pour nous pousser à rester le plus longtemps possible devant l'écran. C'est ce que le créateur de Netflix, Reed Hastings avait prophétisé en 2017 en affirmant un brin provocateur que le seul concurrent de son entreprise, c'était le sommeil.

La Question du jour
8 min