Publicité

Nicolas Mathieu, un Goncourt social sur fond de désindustrialisation

Par
L'écrivain Nicolas Mathieu
L'écrivain Nicolas Mathieu
© AFP - JOEL SAGET

L'écrivain Nicolas Mathieu vient de se voir décerner le prestigieux prix Goncourt pour son roman "Leurs enfants après eux", qui se déroule au temps de l'enfance, dans une vallée déshéritée.

"Jusqu'à mes 35 ans, j'ai bouffé de la vache enragée, je vivais de petits boulots. Longtemps, j'ai craint de m'être fourvoyé dans cette voie...", confiait-il le 2 novembre à Vosges Matin. Le travail et le talent paient : l'écrivain Nicolas Mathieu vient d'obtenir le prix Goncourt pour Leurs enfants après eux (Actes Sud). Ce roman se déroule sur quatre étés, dans l'Est de la France, dans une vallée sinistrée. Le protagoniste, Antony, 14 ans, grandit entre une mère fatiguée et désenchantée, et un père violent. L'écrivain avait été l'invité du Temps des écrivains le 27 octobre dernier.

59 min

C'est son deuxième roman. Le premier, Aux animaux la guerre (Actes Sud), un roman noir se déroulant dans les Vosges, dans le contexte d'une fermeture d'usine, avait lui aussi été récompensé, triplement (prix Erckmann-Chatrian en 2014,  prix Mystère de la critique et prix du roman du Festival du goéland masqué en 2015). Il était venu en parler il y a quatre ans dans les Conversations d'été de François Angelier.

Publicité
58 min

"Les personnages sont pris entre un destin qu'ils ne veulent pas, et des structures qui les poussent à reproduire la vie de leurs parents."

Avec Leurs enfants après eux, Nicolas Mathieu quitte la catégorie du roman noir, mais à peine... Il explore cette fois la difficulté à prendre son envol, à s'extraire d'une condition sociale, comme en témoigne déjà la quatrième de couverture du livre :

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l'Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l'ennui, il décide de voler un canoë et d'aller voir ce qui se passe de l'autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.

"Leurs enfants après eux" est une expression provenant de l'Ecclésiastique, l’un des livres sapientiaux de l’Ancien Testament : 

Il en est dont il n’y a plus de souvenir, Ils ont péri comme s’ils n’avaient jamais existé ; Ils sont devenus comme s’ils n’étaient jamais nés, Et, de même, leurs enfants après eux.

Un titre d'ouvrage qui sonne donc comme une malédiction, ce que confirmait Nicolas Mathieu au micro de Christophe Ono-dit-Biot :

Le livre se passe dans un sentiment de fatalité. Les personnages sont pris entre un destin qu'ils ne veulent pas, et des structures qui les poussent à reproduire la vie de leurs parents. Et ils vont essayer de jouer leur part de liberté. Quand on écrit un roman, on fait vivre des personnages. À partir de ce moment, il se passe des choses qui nous échappent.

Le roman de Nicolas Mathieu évoque un moment court mais particulièrement dense de la vie humaine : celui où l'on quitte l'enfance pour entrer dans l'adolescence. Le corps et les envies changent, un peu comme le dépeignait Jeff Nichols dans son film Mud qui a beaucoup marqué l'écrivain : 

Je me souviens d'une image où l'on voit les enfants, sur une embarcation, sur le Mississippi. Le soleil se lève sur leur visage, et je me suis dit : 'C'est cela que je veux raconter. Ce soleil qui se lève, et cette enfance qui finit.' L'un des projet du livre était de parler de ce que c'est que le désir, à l'adolescence. C'est un moment particulièrement intense. C'est pour cela que l'histoire se déroule en été. Le climat devient un personnage.

Et effectivement, la sexualité est très présente dans l'ouvrage de Nicolas Mathieu, à la fois comme un élément libérateur et de conflit :

Je ne sais pas si c'est la sexualité qui est émancipatrice, c'est plutôt le mélange de l'amour et de la sexualité. [...] La morale de ce roman, c'est la restitution, rendre le réel. Donc, pour la description du sexe aussi, j'ai essayé d'appeler un chat, un chat, et de susciter chez le lecteur des choses qui pouvaient se passer dans le corps des personnages.

A l'inverse, la famille apparaît comme un cadre d'enfermement pour les protagonistes du roman :

C'est vrai que ce sont des familles déglinguées, mais il me semble que la famille saine, équilibré et heureuse est un mythe. Ce qu'il y a ce sont les secrets de famille. Et derrière la vitrine, on essaye toujours de faire bonne figure. La famille est une formidable usine à névroses avant tout ! Mais cette famille est une famille comme les autres. 

Nicolas Mathieu sera reçu dans La Grande table vendredi 10 novembre.