Publicité

Nobel de littérature : l'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk et l'auteur autrichien Peter Handke récompensés

Par
L'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk, lauréate de l'édition 2018 du Nobel de littérature, et l'auteur autrichien Peter Handke, lauréat de l'édition 2019 du Nobel de littérature
L'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk, lauréate de l'édition 2018 du Nobel de littérature, et l'auteur autrichien Peter Handke, lauréat de l'édition 2019 du Nobel de littérature
© AFP - ULF ANDERSEN / AURIMAGES /AFP picture alliance /Getty

Le fil culture . Cette année, fait inédit au sein de l'académie suédoise : il n'y a pas un, mais deux lauréats au Nobel de Littérature. Le prix de l'édition 2018 revient à l'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk, et celui de l'édition 2019 récompense l'auteur autrichien Peter Handke.

On compte deux lauréats pour le Nobel de littérature cette année : le prix 2018, et le prix 2019 ! Car l’an dernier, la remise du prestigieux prix avait été déplacée en raison d’un scandale d’agression sexuelle ébranlant la prestigieuse académie. En plein mouvement #MeToo Jean-Claude Arnault, une éminence grise du Nobel, époux de l'une des académiciennes (la poétesse Katarina Frostenson) et directeur artistique du Forum (un haut lieu culturel de Stockholm), a été accusé d’agressions sexuelles et de favoritisme. Condamné en décembre 2018 à deux ans et demi de prison ferme pour deux viols commis en 2011, l'homme se présentait comme "le dix-neuvième membre de l’Académie" et aurait fait fuiter des noms de futurs lauréats. 

35 min

Olga Tokarczuk, militante et mystique

C'est l'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk qui a vu son oeuvre récompensée au titre du prix Nobel 2018. L'académie a salué "une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, représente le franchissement des frontières". Née le 29 janvier 1962, c’est l’une des ferventes opposantes à l’actuel gouvernement conservateur polonais. Cette romancière extrêmement plébiscitée en Pologne et à l'international, a déjà été plusieurs fois primée ( prix Nike, prix international Man-Booker...). Elle est engagée sur plusieurs fronts, comme la politique, l'environnement ou la cause animale.

Publicité

Fille d’enseignants de l’Ouest de la Pologne, elle a suivi des études de psychologie clinique à l’Université de Varsovie, s’est particulièrement intéressée à Karl Jung, et a longtemps exercé en tant que psychothérapeute.

A partir de 1997, elle se consacre uniquement à sa plume. Entrée en écriture à travers la poésie, Olga Tokarczuk a écrit une douzaine d’ouvrages (sur des thématiques et à travers des formes très variées allant du roman policier écologiste au pavé historique), qui sont aujourd’hui autant de best-sellers en Pologne, traduits dans 25 langues, adaptés au théâtre, comme à l’écran…

En 2009, elle publie son roman Sur les ossements des morts, porté à l'écran en 2017 par la réalisatrice Agnieszka Holland sous le titre "Pokot" ("Spoor" en anglais ; il s'agit d'un thriller haletant !). En 2018, son roman Les Livres de Jakob, est sélectionné pour le prix Femina étranger.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 1998, sur France Culture, alors qu'Olga Tokarczuk était encore inconnue du public français, un "Panorama" était consacré à son troisième livre, Dieu, le temps, les hommes et les anges. Parmi les invités de cette émission, Sonia Bobowicz, son éditrice, revenait sur les débuts de l'écrivaine : “Elle s’est imposée dès son premier livre en Pologne. Depuis elle a recueilli quelques prix prestigieux et maintenant les ventes suivent. La Pologne en est très fière… elle peut l’être ! C’est vraiment un talent authentique, inespéré et très universel."

L'oeuvre d'Olga Tokarczuk dans l'émission Panorama, 17/04/1998

41 min

Dans son ouvrage Dieu, le temps, les hommes et les anges, Olga Tokarczuk décrit une succession de petits tableaux très brefs, comme de petits contes se recoupant, comme le décrivait encore son éditrice : "Chaque chapitre est le temps attribué à tout un chacun. Temps des personnages, temps des animaux, temps des végétaux… le temps de chaque chose, et de chaque être." Le décor ? Antan, un petit village polonais un peu perdu. L'atmosphère ? Celle du songe, presque de l'irréalité. Et l'époque ? De 1914 jusqu'à la fin du siècle.

Olga le dit dans la postface de l’édition polonaise : “J’ai toujours voulu écrire un livre comme celui-ci. Créer le monde et le décrire." Et voilà tout de suite cette dimension universelle, car c’est vrai que nous sommes en Pologne, mais c’est un petit village qu’on retrouve un peu partout, il y a l’église, le manoir, le moulin… Sonia Bobowicz

Dans ce même Panorama, une critique saluait un livre qui l'avait littéralement enchantée :

C’est un livre qui m’a donné un plaisir de lecture totalement jouissif, que j’ai rarement eu dans ma vie, surtout quand j’étais jeune et  adolescente. J’ai l’impression que ce livre pose toutes les questions… j’ai vraiment du mal à lui trouver un défaut. Il y a une espèce de fraîcheur de l’enfance, de naïveté, de mysticisme. 

Peter Handke : auteur subversif et écrivain expérimental

Peter Handke remporte l'édition 2019 du Nobel de littérature. Cet écrivain autrichien est né en 1942 à Griffen, en Autriche. Depuis ses débuts en 1963, il a publié une quarantaine de livres dans tous les genres littéraires. Son oeuvre est largement traduite dans le monde entier, et il est sans conteste l'auteur le plus connu de la littérature contemporaine de langue allemande. L'auteur, s'il écrit en allemand, vit dans les Hauts-de-Seine depuis 29 ans.

L'académie suédoise a salué "son travail influent, qui avec son ingéniosité linguistique, a exploré la périphérie et la spécificité de l'expérience humaine". Figure contestataire de l’avant 68, auteur de pièces de théâtre subversives et de films signés avec Wim Wenders, Peter Handke écrivait déjà dans un exergue à ses premières pièces de théâtre, que ces dernières "ne veulent pas constituer une révolution, mais seulement rendre attentif". Il est aussi l'auteur de plusieurs essais (Essai sur la fatigue, Essai sur le Juke-box et _Essai sur la journée réussi_e) et de plus d'une quarantaine d'ouvrages au rang desquels L’Angoisse du gardien de but au moment du pénalty, La Chevauchée sur le lac de Constance, La Femme gauchère ou encore La Nuit Morave.

En 2006, sa participation aux funérailles de Slobodan Milošević, ancien président de la République fédérale de Yougoslavie, accusé de crimes contre l'humanité et de génocides, avait déclenché une vive polémique et lui avait valu de voir annuler les représentations de sa pièce "Voyage au pays sonore ou L'art de la question" par la Comédie-Française.   

En 2013, l'auteur était venu sur notre antenne, dans une série d'A Voix Nue, il y était notamment question de son rapport à l'Autriche, au théâtre, à l'amour, à l'épopée et à la marche : 

Je ne me suis pas réconcilié avec l'Autriche (...). Quand quelqu'un insulte l'Autriche il a souvent raison (...), mais si quelqu'un est contre je deviens patriote. C'est bizarre je ne suis pas nationaliste du tout, jamais je n'aurais l'idée de faire l'éloge de l'Autriche mais si quelqu'un dans les journaux peste contre l'Autriche, je me révolte. 

28 min

Quand on dit d'un roman ou d'une pièce de théâtre qui a été écrit il y a 20 ans, que c'est toujours actuel, ça ne vaut rien du tout. L'actualité n'est pas une preuve de la vérité. [...] Si c'est tout ce qu'on peut dire d'un roman c'est qu'il est resté actuel ça ne vaut rien je crois. Je ne cherche jamais l'actualité. Quand on veut rejouer une de mes pièces, on me dit parfois : "Ah c'est resté actuel", et je me dis toujours que c'est un mauvais signe. 

28 min

La recherche passe par le rêve, mais aussi par la géographie, par la marche, par la lecture, par la tactilité, en touchant des choses. Ça rend notre époque beaucoup plus intéressante qu'elle ne l'est décrite par les journaux. Notre époque est beaucoup plus intéressante, beaucoup plus touchante, beaucoup plus inconnue qu'on ne la voit à la télévision. Notre époque est complètement inconnue je trouve, elle est à découvrir. Et on peut la découvrir avec l'épopée. 

Invité de La Grande table des idées mardi 10 octobre 2019, l’écrivain Charles Dantzig commentait en direct le choix de l’académie suédoise et revenait sur le parcours des deux lauréats :

C’est une auteure remarquable et ambitieuse. C’est un bon choix car elle ne fait pas partie de la Pologne réactionnaire que nous connaissons actuellement. Peter Handke est un écrivain économe, parfois un peu austère mais tout à fait notable. Ce sont deux générations. Olga Tokarczuk est une écrivaine assez jeune, et Peter Handke est la continuité d’une certaine littérature de gauche, des années 1970. Après Svetlana Alexievitch et Bob Dylan, on revient à de la littérature littéraire et classique. Charles Dantzig, écrivain