Publicité

Notre-Dame de Paris : l'incendie est désormais éteint

Par
Les flammes ont ravagé toute la charpente de la cathédrale Notre-Dame.
Les flammes ont ravagé toute la charpente de la cathédrale Notre-Dame.
© AFP - Geoffroy Van Der Hasselt

Les faits. Les images ont fait le tour du monde et des réseaux sociaux : la cathédrale Notre-Dame de Paris a été ravagée par les flammes lundi soir. L'incendie a pris alors que des travaux étaient en cours sur le toit. "L'ensemble du feu est éteint" ont annoncé les pompiers peu avant 10 heures ce mardi matin.

C'est le monument le plus visité de Paris et lundi soir, Notre-Dame était sur tous les écrans et télévisions du monde. La cathédrale a été touchée par un grave incendie dont les conséquences sont encore difficiles à évaluer : "À 22h50, on peut considérer que les deux tours de Notre-Dame sont sauvées. La structure globale est préservée", annonçait toutefois le général Gallet, Commandant la Brigade de sapeurs-pompiers. Un constat qui n'allait pas de soi un peu plus tôt dans la soirée lorsque le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez déclarait vers 21h30 : "Le sauvetage de Notre-Dame n'est pas acquis pour le moment".

Des images saisissantes

Les premières flammes ont été signalées vers 18h50 sur la partie arrière de la cathédrale qui était alors recouverte d'échafaudages. Rapidement, l'incendie a pris une ampleur inouïe et une heure après, la flèche s'est effondrée. L'image, saisissante, a fait le tour des réseaux sociaux.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Ces travaux correspondaient à un énorme programme de restauration d'environ 150 millions d'euros", a précisé Michel Picaud, président de l'association des amis de Notre Dame de Paris sur Franceinfo, "avec cet incendie, ce montant sera sans doute multiplié par deux, trois quatre ! Difficile à dire. La première flèche avait été retirée au moment de la Révolution mais elle avait été reconstruite par l'architecte Viollet-le-Duc au XIXe siècle"

La charpente était d'origine en revanche, baptisée "la forêt", elle était constituée de troncs en chêne de plus de 800 ans. "La partie en plomb du toit a dû fondre et s'abattre sur les combles, voire sur l'intérieur de la cathédrale. Nous attendons d'en savoir plus", a réagi Vincent Neymon, directeur de la communication de la conférence des évêques de France, invité du journal de 22 heures de France Culture.

Extrait du journal de 7 heures de Rosalie Lafarge sur France Culture : retour en quelques dates sur l'histoire de Notre-Dame.

Émotion mondiale

Les images de la cathédrale en flammes ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux et de nombreux médias à travers le monde sont passés en édition spéciale. Parmi les premiers à réagir sur Twitter, le président américain Donald Trump semblait réclamer le largage d'eau depuis le ciel : "Peut-être pourrait-on utiliser des citernes volantes remplies d’eau pour les éteindre. Il faut agir vite !" Une demande reprise par de nombreux internautes qui a poussé la Sécurité civile à réagir sur Twitter aussi :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le président de la République s'est rendu sur place rapidement, accompagné du Premier ministre et de la secrétaire générale de l'Unesco, Audrey Azoulay. Notre-Dame est en effet classée au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991. "Cette cathédrale, nous la rebâtirons", a promis Emmanuel Macron au pied du monument toujours en train de brûler. Parmi les premières réactions : celle de l'ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë : "il faudra reconstruire, avec toutes les exigences que cela comporte. C'est maintenant qu'il faut le dire, alors que la sidération et l'émotion sont très fortes".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

5 min

Une enquête ouverte pour destruction involontaire par incendie

L'origine de l'incendie n'est pas encore établie mais il semble être parti au niveau des échafaudages situés sur le toit de la cathédrale. Le feu a d'abord pris dans les combles vers 18h50 et s'est rapidement propagé sur le toit et la charpente, longue de 100 mètres.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour destruction involontaire par incendie. Toute la nuit, les ouvriers du chantiers ont été entendus par les enquêteurs. C'est la piste accidentelle qui est pour le moment privilégiée.

Vers 7 heures ce mardi matin, les pompiers ont annoncé que le feu était "complètement maîtrisé et partiellement éteint", il restait encore quelques foyers résiduels et des zones à refroidir avant d'être "complètement éteint" peu avant 10 heures.

45 min

Des dégâts considérables

Les travaux lancés l'été dernier devaient durer une vingtaine d'années. Il faudra désormais plusieurs décennies pour que Notre-Dame retrouve toute sa splendeur. Il y a d'abord la flèche, haute de 93 mètres. Elle s'est effondrée une heure après le début de l'incendie. La flèche datait de la restauration du XIXe siècle, ajoutée par l'architecte Viollet-le-Duc. Le toit aussi a totalement disparu, ainsi que sa charpente. Vieille de 800 ans, il ne reste aujourd'hui plus rien de ce joyau de l'architecture médiévale. Enfin, une partie de la voûte s'est également effondrée. 

Deux reliques majeures ont pu être sauvées des flammes : la couronne d'épines (pour les catholiques, elle était portée par Jésus avant sa crucifixion), ainsi que la tunique de Saint-Louis. L'autel a également été épargné par le feu, ainsi que la croix et les statues. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La structure et les tours ont été épargnées mais le secrétait d'État à l'Intérieur Laurent Nunez a convoqué des experts et architectes spécialistes des monuments historiques afin de déterminer la stabilité de la structure de l'édifice. 

59 min