Publicité

Nous entrons dans la "6ème extinction massive" de la biodiversité

Par
Réagir face à la "6ème extinction massive" de la biodiversité
Réagir face à la "6ème extinction massive" de la biodiversité
© Getty - Malcolm P Chapman

Les experts sont aujourd'hui sûrs à 95% que l'activité humaine est la cause principale du changement climatique. Face à ce constat alarmant, des voix s’élèvent. Mais quelle démarche adopter face à l’urgence climatique ? Quelles stratégies pour préserver notre "maison commune" ? Comment agir ?

Alors que la surface du globe a déjà augmenté de + 1,1°C depuis l'époque préindustrielle, que près de 60 % des animaux sauvages ont déjà disparu depuis 40 ans et qu’un récent rapport publié par l’IPBES, le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité, annonce que près d’un million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction, le constat est sans appel : nos modèles de production et de consommation sont à l’origine de la "6ème extinction massive" de la biodiversité. 

Si les défis de l’anthropocène imposent la nécessité d’un changement radical et urgent de paradigme - économique, financier, intellectuel, moral, institutionnel - les manières d’y parvenir ne sont pas forcément évidentes. Comment sortir de l’apathie générale et de la forme de déni qui est la nôtre ? Comment sensibiliser, comment agir ? "Part du colibri" ou action collective ? Démarche volontariste ou mesures coercitives ? 

Publicité

Et on dit : "mais ce type-là il rêve !", oui je rêve ! Évidemment ! […] Évidemment que c’est de la fantaisie ! Il faut quand même bien commencer avec quelque chose ! Et la fantaisie, on la traduit en vision. Et la vision, il faut la [faire] confirmer par des scientifiques, il faut la mettre sur les rails, afin que d’ici 25 ans, d’ici 50 ans, on le fasse. […]  C’est comme ça qu’il faut commencer à penser. On ne peut plus faire les choses seulement [en fonction] de la loi ou des décisions politiques, non non non ! Il faut lancer des défis. Et quand il y a des défis […] il faut alors foncer. Et je sais que grâce au formidable réseau scientifique qui existe dans le monde, on trouve toujours des solutions [durables]. Gunter Pauli 

Imaginons une belle pyramide, avec, en haut, les institutions […] et puis tout en bas, des gens. Il faut, bien entendu, pour que cela fonctionne, des initiatives locales, et des gens comme Gunter qui peuvent les porter un peu plus haut. Donc des initiatives qui, par capillarité, vont peut-être un petit peu envahir la morale, et la morale précède la loi. Et aussi, il faut des institutionnels qui aient un peu de courage pour débloquer des budgets, et qui fassent des mesures coercitives. […] Et là où je voulais en venir c’est que, entre ces initiatives du bas et ces grosses décisions qui doivent pleuvoir d’en haut, au milieu de tout ça, il y a la loi. Et je pense que s’il y a une jurisprudence, il peut y avoir un "effet cliquet", quelque chose au-delà duquel on ne pourra pas passer. Mathieu Duméry alias "Professeur Feuillage"

Pour moi la non-contrainte, c’est plutôt une idéologie qui va avec le néo-libéralisme, avec la société individuelle, la flexibilité, le changement en permanence, le zapping. Et il me semble que, collectivement, on peut accepter […] de construire un modèle dans lequel on se contraint, de façon volontaire, collective, et c’est déjà ce que l'on fait pour un certain nombre de domaines, pour l’éducation, par exemple. Fanny Guillet 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un débat enregistré en juin 2019, organisé par des étudiants des classes préparatoires du lycée Notre-Dame du Grandchamp. 

Mathieu Duméry, alias "Professeur Feuillage", auteur, journaliste et youtubeur

Fanny Guillet, sociologue de l'environnement, chercheure au MNHN, spécialiste des acteurs et des politiques de la protection de la nature

Gunter Pauli, entrepreneur et fondateur de "Zeri" 

Jennifer Gallé, cheffe de la rubrique "Environnement et Énergie" à The Conversation France.

19 min
35 min
59 min