Publicité

Nous sommes hantés par la mémoire de nos ancêtres

Par
La "post-mémoire"
La "post-mémoire"
© Getty - Matthew Stewart Bennett

Comment un traumatisme peut-il se transmettre à des générations qui ne l’ont pas vécu ? Sommes-nous les gardiens du passé de nos ancêtres ?

La notion de “post"mémoire” désigne la relation que la “génération d’après” entretient avec le traumatisme personnel, collectif et culturel subi par ceux qui l’ont précédée, avec des expériences dont elle ne se souvient que par le biais d’histoires, d’images et de comportements au milieu desquels elle a grandi. Mais ces expériences lui ont été transmises si profondément et avec tant d’émotions, qu’elles semblent constituer une mémoire en tant que telle.

J’ai des souvenirs qui ne m’appartiennent pas. Je porte les nostalgies d’autrui. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un entretien réalisé en février 2018.

Verónica Estay Stange, docteure en littérature française étudie, d’une part, les rapports entre sémiotique, littérature et esthétique, et, de l’autre, la lecture sémiotique des implications sociales des crimes de masse, notamment dans les dictatures d’Amérique Latine. Elle effectue ses recherches au Centre International de Recherches et d’Enseignement sur les Meurtres de Masse (CIREEM).

En%20savoir%20plus : M%C3%A9moire%20et%20histoire