Publicité

Nouveau podcast original - Qui est la tondue de Chartres ?

Qui est la tondue de Chartres ?
Qui est la tondue de Chartres ?
© Radio France - Robert Capa

Un podcast de Nedjma Bouakra, réalisé par Vincent Decque et Marie Plaçais Disponible dès le 11 février sur franceculture.fr et l’appli Radio France

Le nouveau podcast original de France Culture part sur les traces de celle qu’on a appelée “La tondue de Chartres”. En prenant pour point de départ la célèbre photo de Robert Capa, Nedjma Bouakra mène l’enquête en 6 épisodes de 15 minutes : Qui était la femme sur la photo ? De quoi est-elle coupable ? Dans quel contexte cette photo a-t-elle été prise?  

“En ce temps-là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait les filles. On alla même jusqu’à les tondre” écrit Paul Éluard, en exergue de son poème Au rendez-vous allemand (1944). 

Publicité

Elles furent 20 000 ou peut-être plus à être tondues sur les places publiques ou à l’orée des bois, à être soumises à ce rite de purification collectif à l’endroit des femmes présumées collaboratrices. La plus célèbre d’entre toutes fut la tondue de Chartres.  

Le photographe Robert Capa a immortalisé cette femme au crâne rasé, un bébé dans les bras, l’œil apeuré, traquée par une foule rieuse, un 16 août 1944. Certes, « la photo est bonne » et a fait le tour du monde, mais de quoi cette femme, Simone Touseau, était-elle coupable ? Le secret qui entoure actes de résistance et de collaboration s’est aujourd’hui fissuré. 

Photographie de la tondue de Chartres
Photographie de la tondue de Chartres
- Robert Capa - Magnum Photos

Épisode 1 - La preuve par l’image - La photo peut-elle servir de pièce à conviction ? 

Sur le cliché, une femme, tondue. On distingue sur son front qu’elle a été marquée au fer rouge. La photo a fait le tour du monde, elle a été prise le 16 août 1944 à Chartres. La guerre n’est pas finie et des milliers de femmes sont désignées “collabos” sur les places publiques, partout en France, pour avoir pactisé avec l’ennemi, le IIIème Reich, l’Allemagne nazie. Robert Capa se trouve au bon endroit, au bon moment. Comment analyser cette image ? Qu’est-ce que cette femme a fait précisément ? De quoi est-elle coupable ? Commençons par redonner un nom à “la tondue”, elle se nomme Simone Touseau. 

Épisode 2 - Une scène préméditée ou improvisée ? Que se passe-t-il ce jour-là à Chartres ? 

Simone Touseau, est-elle terrée chez elle depuis le débarquement allié du 6 juin ? Son enfant a juste 3 mois, est-elle sur une liste noire la ciblant comme collaboratrice ? Craint-elle une exécution sommaire ? Sur la fameuse photo, elle est escortée par des policiers et des résistants, mais libre... Que se passe-t-il à Chartres en ce jour de libération ? 

Épisode 3 - Simone est-elle nationale-socialiste ? Ce que les témoignages recoupés disent. 

À Chartres, dans la rue où vit Simone Touseau, on collabore. Elle a pour voisins des croix de feu, ligue fasciste dissoute en 1936 ou encore les partis de Deat et de Doriot, tous deux d’extrême droite, recrutant dans les parages. A-t-elle plébiscité le régime de Vichy ? Simone rumine-t-elle contre le Front populaire, les Juifs, les socialistes, les communistes, tous responsables du malheur de la France ? A-t-elle été fascinée par le IIIème Reich et ses idées de régénération populaire ? 

Épisode 4 – Simone est -elle amoureuse d’un nazi ? Est-elle en étroite proximité avec l’ennemi ? 

Simone Touseau s’expose en ville, affiche ses convictions d’extrême droite se moque du quand dira-t-on et reçoit des Allemands chez elle. Fut-elle en étroite proximité avec l’ennemi, avec l’un d’entre eux ? 

Épisode 5 – Simone, une délatrice ? A-t-elle collaboré avec les services de renseignements allemands ? 

Simone Touseau est tondue parce qu’elle est réputée avoir eu un enfant avec un soldat allemand. Derrière cette histoire se cache un autre mystère : Simone Touseau et Germaine Touseau, sa mère, sont accusées de la dénonciation de leurs voisins. Une action qui a abouti dans la nuit du 24 au 25 février 1943 à une rafle de quatre personnes dont deux sont mortes au camp de concentration de Mauthausen-Gusen.  

Épisode 6 – Quelle peine pour Simone Touseau ? L’accusation contre Simone Touseau et sa mère. 

Simone Touseau est accusée d’avoir dénoncé ses voisins. Des épouses de déportés ont porté plainte contre elle et sa mère trois jours après la tonte. Au titre de l’article 75 : peut être inculpé de trahison et puni de mort tout Français en temps de guerre entretenant des intelligences avec une puissance étrangère ou ses agents. Simone Touseau et sa mère sont incarcérées à la prison de Chartres puis transférées au camp de Pithiviers. L’affaire Touseau défraie la chronique locale. Jugées sur place, elles risquent la peine de mort.  

Avec Gérard Leray, historien, co-auteur de La tondue - 1944-1947, Philippe Fretigné, habitant de Chartres, co-auteur de La tondue - 1944-1947, Fabrice Virgili, historien, spécialiste des relations entre hommes et femmes au cours des deux guerres mondiales, directeur de recherche au CNRS, Reinhard Huppenbauer et des habitants de Chartres

Nedjma Bouakra est documentariste pour France Culture depuis 2007. Les archives grises, la fabrique de l’inaudible et de l’exclusion sont les lignes de fuite vers lesquelles elle mène ses enquêtes sensibles.   

> Et aussi, en podcast :
Toute une vie : Robert Capa, l'homme qui s'inventa lui-même (1913 – 1954), par Camille Renard 

Camille Renard a retracé le parcours de celui qui est à l’origine de ce cliché et l’entrée dans l’histoire de la tondue de Chartres :  Robert Capa. Présenté comme “le plus grand photojournaliste du monde”, sa vie met en exergue ce qui est souligné par la série : quelle preuve de véracité apporte une image ? Personnage de fiction, Robert Capa n’a cessé dans sa vie et dans son œuvre de questionner notre relation au réel, de donner à penser la nature du travail journalistique et le statut de l’image vis-à-vis de la réalité : le regard sur l’événement, mu par l’engagement politique, la narration inhérente au reportage, sont-ils nécessairement une recréation du réel ?