Publicité

Nuit au musée, Sarkozy condamné, seins exhibés et Alain Damasio : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage
© Getty - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à écouter.

Abonnez-vous ici pour recevoir la Session de rattrapage chaque semaine par mail.

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Les musées sont vides. Quatre mois après leur fermeture, les musées restent désespérément déserts, privés de leurs visiteurs. "Chaque semaine, on tremble, on veut croire à la réouverture", raconte Pierre Curie, le conservateur du musée privé et hôtel particulier Jacquemart-André, à Paris. C'est la même fébrilité du côté du Mucem, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, à Marseille, qui en attendant de rouvrir ses portes a lancé une collecte des "objets du confinement", afin de produire une étude socio-anthropologique de la vie quotidienne en temps de Covid. Plus loin de nous, si les musées sont vides de visiteurs, ils le sont aussi et surtout de leurs œuvres, rappelle l'historienne de l'art Bénédicte Savoy, qui précise que de nombreux musées africains ont été spoliés, du fait de la colonisation, des oeuvres qui leur reviennent de droit. Un tort qui doit être en partie réparé dans le cadre du "projet de loi relatif à la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal", adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale en octobre dernier. En attendant que les musées retrouvent ou bien leurs œuvres, ou bien leurs visiteurs, nous vous avons demandé à vous dans quel musée vous rêveriez, le temps d'une nuit solitaire, de vous égarer. De l'inévitable Louvre, véritable musée-monde, aux musées plus confidentiels, les réponses ont été nombreuses. Bonnes écoutes. Pierre Ropert

COMPRENDRE

Croquis d'audience du 1er mars 2021 : Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
Croquis d'audience du 1er mars 2021 : Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
© AFP - BENOIT PEYRUCQ

Un président ne devrait pas faire ça. La condamnation de l'ancien Président Nicolas Sarkozy est sans précédent dans la Ve République. Ce verdict interroge, au-delà de ce cas précis,  les rapports entre le pouvoir juridique et l'exécutif : qu'en est-il de l'exceptionnalité morale des chefs de l'État ? Et la justice est-elle au-dessus du politique ? (Le Temps du débat, 37 min)

Mécaniques de la violence. Après plusieurs rixes mortelles en Ile-de-France, ministres et des préfets se sont réunis.  Si les faits ont ému jusqu’au sommet de l’Etat, le phénomène n’est pas  nouveau. Alors comment qualifier et quantifier cette violence ? Et, au-delà de ces affrontements, quels en sont les enjeux sociaux ? (L'Invité des Matins, 43 min) 

Cuba face au virus. La crise du coronavirus a permis à Cuba de revenir sur le devant de la scène internationale, grâce à l’envoi de brigades médicales d’urgence. Mexique, Haïti, Afrique du Sud, Niger… 39 pays ont fait  appel aux médecins cubains au plus fort de la pandémie. (Grand reportage, 55 min)

APPRENDRE

Tentative de contournement de la censure de Facebook.
Tentative de contournement de la censure de Facebook.
© Getty - Yusuke Tadika / EyeEm

Exhibez ce sein que je ne saurais voir. Si le clitoris a longtemps été impensé, l'utérus caché, la chevelure voilée, les seins, eux, ont été montrés, dénudés, affichés, jugés, évalués. Souvent par ceux qui n'en ont pas. Les seins des femmes sont partout, mais cette omniprésence  traduirait-elle cette objectivation du corps des femmes qui trouverait dans les seins son paroxysme ? (Les Chemins de la philosophie, 58 min)

Cachez cet immigré que je ne saurais voir. L'impact de l'immigration sur le marché du travail est une des questions qui pèse aujourd'hui le plus sur la vie politique des pays développés. Quel est l’impact de l’immigration sur les emplois et les salaires des autochtones ? La prix Nobel d'économie et professeur en économie du développement au MIT Esther Duflo donne des clés de compréhension. (Entendez-vous l'éco, 59 min)

Pause méditative. Depuis quelques années, la pratique de la méditation s’est largement répandue et démocratisée. S'il est difficile d’avoir un corpus scientifique détaillé sur les effets concrets de la méditation tant sur le cerveau que sur le reste du corps, on peut néanmoins se demander quelle est la réalité physiologique, voire physiopathologique de cette pratique. (La Méthode scientifique, 58 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Alain Damasio
Alain Damasio
© Getty - Raphael GAILLARDE

Anticiper le futur. Révélé en 2004 au grand public par La Horde du Contrevent, Alain Damasio est devenu une référence dans le paysage de la littérature de science-fiction française. Spécialiste de l'anticipation, l'écrivain revient sur les étapes marquantes de son parcours personnel au micro de Lucile Commeaux. (Affaires Culturelles, 55 min)

Un monde de fous. "Aucune vérité ne tient très longtemps quand on s'intéresse à la psychiatrie". Après d'autres livres en immersion dans des milieux marginaux, à mi-chemin entre le reportage et le récit, l'écrivaine Joy Sorman explore cette fois-ci le terrain de la folie. Son dernier ouvrage, A la folie, est le fruit d'une enquête d'un an dans deux unités psychiatriques auprès des patients et soignants. (La Grande table culture, 27 min)

Prenez le _Tempo._L'artiste Dom La Nena livre Tempo, son nouveau projet en solo. Elle présente ici une série de petits moments cristallins, parfois ensoleillés, souvent rêveurs, dans un doux mélange de pop, de musique de chambre et de bossa brésilienne. (Par les temps qui courent, 43 min)

LA CITATION

Cette semaine nous devons notre citation à la rabbin Delphine Horvilleur, venue "philosopher avec la mort" dans La Grande Table

Le langage échappe à la mort. Quand on accompagne des endeuillés et  qu’on cherche à placer des mots, c’est un façon de dire que la mort  n’aura pas le dernier mot, puisque notre langage va échapper à ses  ténèbres. Quand on conserve les mots, on fait un peu gagner la vie.

Cette Session se termine ici. Et nous vous laissons avec un peu de silence. Oui, même à la radio, on peut tenter de le faire entendre, avec ses agencements et ses contradictions. "Qu’est-ce que c’est, pour vous, le silence, et est-ce que vous pourriez nous en raconter un ?"... Eh bien le silence, selon que l'on s'adresse à un traducteur, une peintre, un paysan, une violoncelliste, un philosophe, un psychanalyste, une preneuse de son ou encore un photographe, n'est pas le même. Écoutez donc ces interruptions tranquilles. A la semaine prochaine.