Publicité

Olivier Poivre d'Arvor "limogé" de la direction de France Culture

Par

Le directeur de France Culture a annoncé ce matin à l'AFP avoir été "limogé" pour s'"être exprimé dans 2 interviews sans le visa de Mathieu Gallet sur son projet pour Radio France".En poste depuis sept 2010,Olivier Poivre d'Arvor quittera ses fonctions fin août,a précisé la direction de Radio France

Il quittera ses fonctions fin août, a précisé la direction de Radio France, "au terme de son détachement d’une durée de cinq ans du ministère des Affaires étrangères". Marc Voinchet, le producteur des Matins, devient lui directeur de France Musique, en remplacement de Marie-Pierre de Surville.

"Hier soir, Mathieu Gallet m'a limogé, sous prétexte que je ne partageais pas son projet stratégique, dont en effet je juge qu'il est construit sur une logique budgétaire et comptable". Ce vendredi, dans notre journal de 18h présenté par Aurélie Kieffer, Olivier Poivre d'Arvor est longuement revenu sur la nouvelle de son départ, transmise tôt ce matin à l'AFP. "Perte de moyens (600.000 euros en moins l'an dernier, 250.000 cette année), moins de programmes, une fragilisation de la chaîne, des producteurs jugés en fonction de leur engagement pendant la grève, les secteurs de la fiction et du documentaire fragilisés, et puis une menace sur l'information et les journalistes, comme un probable effet du plan de départs volontaires qui est annoncé, c'est pour moi un risque. Un risque pour cette chaîne unique au monde, et je ne veux pas l'assumer. Et donc, j'ai été rebelle", a affirmé en direct à l'antenne l'unique patron d'antenne de Radio France que Mathieu Gallet n'avait pas remplacé à son arrivée.

Publicité

Dans un entretien au Point.fr ce matin, Olivier Poivre d'Arvor confiait aussi que "Mathieu Gallet m'a reproché lors d'un entretien jeudi soir de m'être exprimé sans son visa dans deux interviews sur son projet pour Radio France que je qualifiais d'uniquement construit sur une logique budgétaire et comptable". Ces deux interviews avaient été accordées à L'Obs (le 16 mai dernier) et à l'AFP (le 26 juin). Le diplomate écrivain qui a notamment organisé les 50 ans de France Culture d'ajouter : "Nous nous sommes aussi opposés récemment sur sa demande d'éviction de producteurs qui se sont manifestés de manière critique pendant la grève de Radio France". Je trouve cette décision incompréhensible et irrespectueuse de la liberté éditoriale".

Écoutez les précisions de Marie-Pierre Vérot, dans notre journal de 12h30 :

Écouter

3 min

"Pas de compte à régler avec Mathieu Gallet", mais des critiques explicites

Marc Voinchet recevant Manuel Valls dans "Les Matins", le 18 mai 2015
Marc Voinchet recevant Manuel Valls dans "Les Matins", le 18 mai 2015
© Radio France - Christophe Abramowitz

Sur le site de Télérama, Olivier Poivre d'Arvor en dit davantage encore. Et s'il affirme ne pas avoir de compte à régler avec le PDG de Radio France et ne se plaint pas de son sort, il détaille très ouvertement ses désaccords. Pendant la grève, "Nous ne pouvions pas exprimer une opinion, ou une critique, et ceux qui le faisaient quand même se le voyait reprocher. Plus récemment : "Je ne pouvais pas disposer du 19-20, libre depuis que Laurent Goumarre a été recruté par France Inter." Ou encore : "De son côté, il n’est pas venu accueillir Manuel Valls lorsque le chef du gouvernement est venu à la matinale de France Culture il a préféré rester au Festival de Cannes..."

Enfin, celui qui a porté la station à un record d'audience historique en début d'année* évoque le départ de Marc Voinchet pour la direction de France Musique : "Je suis vraiment content pour Marc, mais c’est vrai qu’il faut trouver à le remplacer, maintenant. Ce n’est pas moi qui le ferai, même si je ne quitterai France Culture qu’à la fin du mois d’août". Le producteur des Matins va remplacer Marie-Pierre de Surville. Nommée en juin 2014 par Mathieu Gallet, elle se voit confier "une mission de préfiguration visant à créer une direction en charge de la création musicale et culturelle et de la programmation de la Maison de la radio".

La présidence de Radio France réfute et rassure

Elle a d'abord informé ses personnels dans un communiqué interne qu'Olivier Poivre d’Arvor quittera le 31 août 2015 ses fonctions de directeur de France Culture, au terme de son détachement d’une durée de cinq ans du ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Puis, au micro France Inter de Géraldine Hallot, Frédéric Schlesinger, le directeur délégué aux antennes et aux programmes de Radio France, a réfuté le terme de limogeage. "Nous avons mis fin fin à son contrat, nous ne l'avons pas viré" :

Frédéric Schlesinger, le dir délégué aux antennes et programmes de Radio France, réfute le limogeage d'Olivier Poivre d'Arvor

34 sec

Interrogé par Marie-Pierre Vérot,Frédéric Schlesinger s'est voulu rassurant sur l'avenir de France Culture. "On ne touche pas à une chaîne qui marche. Nous avons toute confiance dans les projets établis par l'équipe actuelle" :

Écouter

1 min

Les inquiétudes des syndicats

Mettant en avant sa "stupéfaction", le SNJ de Radio France a publié un tract estimant que "Cela donne une image très sombre de la gouvernance de notre Pdg, et c'est extrêmement inquiétant pour tous les salariés de Radio France." Selon l'UNSA, le premier à réagir, Mathieu Gallet a cédé à "la tentation autoritaire". "C’est un véritable tremblement de terre pour les salariés. (...) Il s’agit bien d’une reprise en main politique, un royaume d’intelligence que le président envisage comme une poche de résistance." Enfin, pour Sud, qui compte "alerter le médiateur", nommé par Fleur Pellerin pour relancer le dialogue social, "C’est la spirale de l’échec et de la déstabilisation qui nous préoccupe au plus haut point (...) au moment où la grille de rentrée n’est pas bouclée".

La réaction de Fleur Pellerin

Depuis le festival d'Avignon, la ministre de la Culture a commenté cet événement au micro de Joëlle Gayot.

Elle a souligné "un formidable bilan, avec un très très beau succès d'audience et beaucoup de podcasts aussi". Puis s'est préoccupée de l'avenir "d'un très très beau projet : l'école des créateurs. Une mobilisation d'artistes et de créateurs pour les emmener dans des écoles des zones d'éducation prioritaires".

Fleur Pellerin a aussi rappelé qu'elle était "extrêmement attachée à la Maison de la radio, à Radio France, et donc à ceux qui la font au quotidien", avant d'ajouter : "Je sais que la reprise du dialogue n'a pas été facile. Je crois néanmoins qu'elle est réelle, qu'elle doit se poursuivre, avec l'aide du médiateur, M. Chertier. Je suis très très vigilante et attentive à ce que ce dialogue puisse reprendre dans de bonnes conditions".

Et de conclure qu'elle aurait "probablement à s'entretenir avec Mathieu Gallet dans la perspective de la rentrée".

Vidéo : entretien de fin août 2014.

* Audience cumulée portée de 1,5% à 2,3% en 5 ans