Publicité

Opéra, exposition, cinéma... 5 idées pour votre week end

Par
Montage 16/03
Montage 16/03
- AND

Chaque vendredi, Arnaud Laporte et les critiques de La Dispute vous proposent une sélection de rendez-vous culturels pour votre week-end.

Toute cette semaine, les critiques de La Dispute ont une fois encore débattu pour vous du meilleur de l'actualité culturelle. Résultat de ces échanges en 5 récréations, un spectacle, un disque,  une exposition, un roman et un coffet DVD. Bonnes découvertes !

Un spectacle : "The Prisoner", Peter Brook, nous invite à une introspection pour briser les barreaux invisibles de nos esprits

The Prisonner - Peter Brook
The Prisonner - Peter Brook
- Bouffes du Nord

Il faut à l’évidence voir chaque nouveau spectacle de Peter Brook, qui a co-écrit et co-signe la mise en scène de The Prisoner avec Marie-Hélène Estienne. A la veille de ses 93 ans, installé depuis bientôt 50 ans à Paris, le metteur en scène anglais qui a théorisé “l’espace vide”, la scénographie la plus dépouillée qui soit, nous fait toujours plus d’effets avec toujours moins d’éléments. Si avec trois roseaux il nous donne l’impression d’être dans une forêt, il s’agit cette fois de parler de claustration, de justice et de libre arbitre, avec ce prisonnier qui est comme un lointain cousin des héros de Kafka. Dans le sublime écrin des Bouffes du Nord, la magie opère une fois encore, et on sort bouleversé et empli de questions sur la nature humaine.

Publicité

L'avis des critiques : 

Si on aime le théâtre, on aime Peter Brook. Même si ce n’est pas son meilleur spectacle j’y ai pris énormément de plaisir. Peter Brook est un magicien du théâtre. Arnaud Laporte

Avec Peter Brook un arbre est la forêt, il a ce talent de suggérer le tout avec le rien. Ce qu’il parvient à nous dire avec si peu de mots est chargé de grâce. Fabienne Pascaud

C’est un vrai chemin intérieur, une introspection pour briser les barreaux invisibles qu’on peut avoir dans nos esprits, pour redevenir un homme. On est dans l’apaisement permanent. Marie-José Sirach

  • " The Prisoner" - Texte et mise en scène Peter Brook et Marie-Hélène Estienne - du 6 au 24 mars aux Bouffes du Nord, Paris //  Tournée : 28 au 31 mars : Stadsschouwburg Amsterdam - 27 et 28 avril 2018 Théâtre Maurice Novarina, Thonon-les-Bains - 2 au 4 mai : La Comédie de Clermont-Ferrand

Un opéra en DVD : “Le Chevalier à la Rose”, les adieux poignants de René Fleming 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Richard Strauss est le musicien préféré de bien des musiciens, et Le Chevalier à la Rose son opéra le plus abouti. Au Met de New-York, la mise en scène de Robert Carsen n’a peut-être pas la même force que lors de sa création à Salzbourg, mais on sera forcément ému de voir Renée Fleming faire ses adieux au rôle de la Maréchale, qu’elle a imprégnée de son immense talent pendant de longues années. 

L'avis des critiques :

J’incriminerais peut être un peu le chef, qui manque de frémissement. Costumes et perruques sont un peu ringards. Renée Fleming est si belle mais pourrait l’être encore plus ! Mais la direction d'acteur de Carsen est formidable ! Emmanuelle Giuliani

J’ai été vraiment gênée par l’orchestre... Il y a un équilibre étrange et un peu artificiel entre l’orchestre et les chanteurs. Elina Garanča est l’Octavian parfait. Elle joue très bien au jeune homme qui joue à la jeune fille. Elle est pleine de subtilité et d’insolence. Anna Sigalevitch

Renée Fleming : C’est double crème ! Ses adieux sont poignants… Marie-Aude Roux

  • Le Chevalier à la Rose”, de Richard Strauss, dans une mise en scène de Robert carsen, direction : James Levine - DVD Decca
En savoir plus : Robert Carsen
Hors-champs
44 min

Une exposition : "Jean Fautrier : matière et lumière"

Jean Fautrier (1898-1964) a beau être présent dans les collections des plus grands musées, son oeuvre restait assez mal connue. Cette rétrospective permet enfin de prendre la mesure d’un artiste au chemin singulier, et montre la grande importance qui fût la sienne dans la façon dont l’art moderne a su se réinventer après la révolution cubiste.

L'avis des critiques : 

Sa peinture des années 20 frappe l’œil, comme un coup de foudre. Il y a quelque chose qui s’impose, c’est là et il ne faut pas chercher ailleurs. Ca n'est pas une découverte pour moi mais une révélation : c’est une peinture peu aimable, elle a tout pour me convenir !  C'est une peinture de la marginalité. JeanFautrier recherche toujours l’irréductible. Cette exposition m’a fait beaucoup penser. Là où il n’y a plus de figure il y a de la matière. Corinne Rondeau

Fautrier est à la fois dans la robustesse d’un maçon et dans la délicatesse d’un fleuriste, mais il n’y a pas ici de relecture contemporaine des œuvres… Je ne comprends pas l’intérêt de cette exposition. Stéphane Correard

Certes il n’y a pas de relecture contemporaine mais pourquoi vouloir faire dire de nouvelles choses à une œuvre qui est là avec une telle force ? » Arnaud Laporte

Jean Fautrier cherche à montrer l’échec de la forme à signifier. Ce qui est très beau c'est qu'on est ici dans l’impression et le souvenir. Florian Gaité  

Un roman : “L'Archipel des Solovki”, Zakhar Prilepine ose et assume le romanesque pour raconter les Solovki – premier camp du régime soviétique

L'Archivel des Solovki de Zakhar Prilepine
L'Archivel des Solovki de Zakhar Prilepine
- Actes Sud

La Russie étant mise à l’honneur par le Salon Livre-Paris, il ne faut pas hésiter à se lancer dans la lecture de l’imposant ouvrage (832 pages grand format) de Zakhar Prilepine, l’un des auteurs russes vivants les plus importants dans son pays. En bel héritier de Dostoïevski, il raconte la vie dans les Solovki, le premier camp du régime soviétique, à cent soixante kilomètres du pôle Nord.

  • L'Archipel des Solovki, de Zakhar Prilepine Traduction : Joëlle Dublanchet (Actes Sud)
La Dispute
54 min

Un coffet DVD : « Duel au Soleil » de King Vidor, un monument du western américain

Duel au soleil de King Vidor
Duel au soleil de King Vidor
- Carlotta

Un DVD et un Blu-Ray, un docu sur Jennifer Jones, une analyse du rôle de Gregory Peck, un livre de 200 pages signé Pierre Berthomieu, 50 photos d’archives…Les éditions Carlotta ont fait les choses en grand pour l’édition Ultra Collector du chef d’œuvre brûlant de King Vidor produit par Selznick. Un pur bonheur pour les cinéphiles !

  • Coffert ultra collector « Duel au Soleil » de King Vidor (Carlotta)
La Dispute
55 min

-En partenariat avec le magazine Grazia-