Publicité

Oscar Wilde : “Aimer, c’est se surpasser"

Par
Portrait d'Oscar Wilde à New York en 1882
Portrait d'Oscar Wilde à New York en 1882
- Napoleon Sarony / Wikimedia Commons

Lorsqu'il mourut en 1900, Oscar Wilde anéanti par deux années d'incarcération à la suite de sa condamnation pour "outrage aux mœurs", n'existait plus guère aux yeux du monde. Cruel et étonnant destin pour l'un des artistes les plus doués de son temps, broyé par l'hypocrisie et la bonne conscience.

-
-

Doué, Wilde l'était assurément : poésie, roman, nouvelles et contes, théâtre, essais critiques et journalisme, il n'est guère de domaine auquel il n'apportât sa contribution essentielle et novatrice. Rêveur des mots et magicien des songes, maître des formes et ennemi des prétentions gourmées et des médiocrités autosatisfaites, il a défendu ses convictions et rompu des lances jusqu'à se briser contre l'airain de l'ordre établi. 

Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit.

Publicité

Toujours admirable ? Non pas. Mais vivant et tourmenté, délicieux et insolent, généreux et partial dans ses appréciations, ses amours et ses amitiés, selon que le vent fut bon ou mauvais. Oscar Wilde ? Un écrivain de génie et un être de désir. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Lecture par Daniel Mesguich, comédien.

Textes choisis et commentés par Pascal Aquien, professeur de littérature anglaise, auteur de Oscar Wilde : Les mots et les songes.