Publicité

Oscars, sexisme et discrimination raciale : l’interminable combat des minorités pour la diversité à Hollywood

Par
L'actrice Viola Davis au Gala 2019 de Women in Film, association qui promeut les femmes au cinéma
L'actrice Viola Davis au Gala 2019 de Women in Film, association qui promeut les femmes au cinéma
© AFP - Amy Sussman

Aucune femme nommée pour la Meilleure réalisation, une actrice noire sur vingt nommés pour les prix d'interprétation... Les nominations controversées de la 92e édition des Oscars ont ravivé le vieux débat de la représentation des minorités à Hollywood.

A quelques heures de la cérémonie de la 92e édition des Oscars, la grand-messe du cinéma américain faisait, une fois de plus, parler d’elle. Hormis la quasi-absence d’actrices et acteurs de couleur chez les nommés en lice pour les quatre prix d’interprétation, l’oubli des femmes dans la catégorie de la Meilleure réalisation a aussi fait l’objet d’une vaste polémique. Retour sur le vieux débat de la représentation des minorités (in)visibles à Hollywood.

Quand les femmes faisaient tourner l’usine à rêves

Sur un total de 449 nominations pour la Meilleure réalisation depuis la première cérémonie des Oscars en 1929, cinq femmes seulement ont été nommées. Dans le lot, seule Kathryn Bigelow fut primée. Mais contrairement aux idées reçues, les femmes n'ont pas toujours été invisibles dans les studios. Iris Brey, spécialiste de la représentation du genre et des sexualités au cinéma, explique : "Dans les années 1910-1920, énormément de femmes travaillaient à Hollywood. Des monteuses, des cheffes opératrices, des réalisatrices…" La critique et essayiste indique qu’à partir des années 1930, l’usine à rêves a commencé à se masculiniser. "Quand on comprend que c’est une industrie qui va générer de l’argent, les hommes décident de l’investir et d’en éradiquer les femmes". Force est de constater que l’opération fut efficace. Il faudra attendre 1977 pour qu’une femme, Lina Wertmüller, soit nommée pour l’Oscar de la Meilleure réalisation.

Publicité
La réalisatrice Dorothy Arzner et l'actrice Clara Bow sur le tournage de Wild Party (1929)
La réalisatrice Dorothy Arzner et l'actrice Clara Bow sur le tournage de Wild Party (1929)
- Paramount Pictures

Les voies de la lutte 

Pour les personnes racisées, l'invisibilisation s'établit dès la naissance du cinéma. On entend ici la racisation (ou racialisation) comme un concept sociologique qui pointe les mécanismes d’altérisation politique, sociale et psychologique subis par les personnes non-blanches. En 1940, Hattie McDaniel, actrice noire, remporte l’Oscar du Meilleur second rôle féminin pour sa performance dans Autant en emporte le vent (Victor Fleming, 1939). Première personne de couleur à être récompensée dans une catégorie reine, elle reçoit son prix à Los Angeles, dans l’Ambassador Hotel, alors que la ségrégation y régnait encore.

Mais c’est dans les années 1960, acmé de la lutte pour les droits civiques, que l’on note les premiers progrès significatifs en matière de représentation des minorités raciales au cinéma. Selon Régis Dubois, critique et spécialiste du cinéma afro-américain, les Oscars sont un enjeu clé à cette époque : "Si en 1964, Sidney Poitier reçoit l’Oscar pour un premier rôle, ce n’est pas pour rien. En 1963, il participait à la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté, celle où Martin Luther King a prononcé son fameux discours “I Have a Dream”. C’est une conjoncture, c’est l’ère du temps qui a fait qu’à Hollywood on s’est dit Tiens, on devrait peut-être récompenser un Noir".

Les acteurs Harry Belafonte, Charlton Heston, Burt Lancaster et Sidney Poitier à Washington lors de la Marche pour l'emploi et la liberté (1963)
Les acteurs Harry Belafonte, Charlton Heston, Burt Lancaster et Sidney Poitier à Washington lors de la Marche pour l'emploi et la liberté (1963)
© Getty - Express / Intermittent

Dès les années 1910, la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), institution phare de la lutte antiraciste aux Etats-Unis, a adopté un rôle majeur dans ce combat. L’association joue de son influence pour faire pression sur les studios et provoquer une prise de conscience dans la société américaine. Leur action est encore relayée aujourd'hui par des grandes personnalités du cinéma (on retient la figure fédératrice de Spike Lee) qui tirent profit de leur visibilité médiatique : "Des acteurs et réalisateurs, Noirs ou Blancs, se servent d’Hollywood, des Oscars comme plateforme pour lutter contre la discrimination et faire valoir leurs idées" estime Régis Dubois. Plus encore, cette revendication de visibilité va bien au-delà du microcosme hollywoodien : 

Pendant très longtemps, les Noirs ont été occultés de l’histoire, de la société, des médias américains. Passer par les Oscars, c’est un enjeu politique. C’est revendiquer son droit à l’existence dans le monde. Cette lutte a une réelle ambition sociale, celle de soigner les plaies de la domination. Régis Dubois

Pour la question du sexisme à Hollywood, Iris Brey relève le tournant qu’a constitué le mouvement #MeToo : "Il a permis de créer une solidarité de parole entre les femmes. On a commencé à comprendre qu’il fallait s’organiser pour se faire entendre. Et cela a permis de prendre conscience de tout ce système de domination qui rend les femmes silencieuses". Pour sortir de ce silence, les vedettes féministes d’Hollywood se manifestent avec éclat. Lorsqu’elle reçoit l’Oscar du Meilleur premier rôle féminin en 2018, l’actrice Frances McDormand demande à toutes les femmes nommées et présentes dans la salle de se lever, cri de ralliement mémorable. Pour Iris Brey, "cette action a permis de mettre en avant quelques femmes, noyées dans un océan d’hommes blancs, et de visualiser l’ampleur du problème ainsi que les discriminations à l’oeuvre dans l’industrie du cinéma". Des associations telles que Women In Film ou Time’s Up s’emparent de ces problématiques et permettent aux femmes d’Hollywood de s’ériger en contre-pouvoir.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Le jugement artistique de l’Académie des Oscars ne peut être dicté. Sa diversité en revanche, peut et doit être exigée", NAACP

Malgré les dispositifs mis en place pour faire progresser la diversité à Hollywood, les changements sont encore difficiles à percevoir. En 2012, une enquête décisive du LA Times sur l’Académie des Oscars révélait la composition de ses membres. Sur les 5 765 votants, on comptait 94% de Blancs, 77% d’hommes dont 86% de plus de 50 ans. Selon Régis Dubois, ces données sont symptomatiques d’un problème global : "Hollywood est réputé pour être un milieu de gauche, tolérant, ouvert etc., donc je ne dirais pas qu’ils sont racistes, c’est fort comme mot. Il y a de la discrimination, qui est sûrement inconsciente, liée à des structures. L’histoire du cinéma a été faite par des hommes blancs, du coup les vieux hommes blancs sont sur-représentés dans l’Académie des Oscars, ce qui biaise les sélections et les résultats. Ils ne sont pas sensibles aux sujets qui ne les touchent pas personnellement".

En témoigne la polémique virale #OscarsSoWhite (des Oscars si blancs) des années 2015 et 2016, lancée sur Twitter par l'activiste April Reign. Lors des 87 et 88e éditions de l’institution, aucune actrice et aucun acteur non-blanc ne fut nommé pour les prix d’interprétation. Mais que faudrait-il faire, récompenser la diversité au détriment du talent ? Iris Brey répond aux quelques détracteurs réticents face à ce débat : 

Évidemment qu’on a envie de récompenser les meilleures œuvres, mais quelles sont les œuvres proposées aux votants ? Les créations des femmes et des personnes racisées ne sont pas moins talentueuses, elles sont juste invisibilisées. Iris Brey

En effet, les discriminations naissent souvent en amont de la sélection des films, et même de leur conception. "Il y a un vrai problème d’opportunités, puisque dans les écoles de cinéma la parité commence à être respectée. Les femmes et les personnes non-blanches ont tout autant envie de faire des films que les hommes blancs, mais on leur fait moins confiance pour gagner de l’argent, on leur donne des budgets moindres et moins d’espace". Au cours de la controverse #OscarsSoWhite, la NAACP publiait un communiqué de presse en janvier 2016 pour expliquer son indignation : "Le jugement artistique de l’Académie des Oscars ne peut être dicté. La diversité de l’Académie, en revanche, peut et doit être exigée. L’Académie est saluée pour son rôle en tant que juge de la plus belle expression des idéaux humains au cinéma. Son jugement, néanmoins, serait mieux respecté s’il se fondait sur une diversité de ses membres reflétant la diversité des spectateurs". Le cinéma devrait alors représenter la société dans toute sa pluralité. Face à ce tollé, l’Académie s’est engagée à faire mieux, en promettant de doubler le nombre de femmes et de personnes de couleur parmi ses membres d’ici 2020. 

Oscars 2020 : des progrès avortés ? 

Il était temps qu'Hollywood reprenne des couleurs. Sacré Meilleur film à la 89e édition, Moonlight renversait les codes en 2017 et s’érigeait en symbole, Barry Jenkins étant le premier réalisateur Afro-Américain dont l’oeuvre fut primée aux Oscars. Les années suivantes, la nomination de la réalisatrice Greta Gerwig et les diverses récompenses pour Get Out (Jordan Peele), Black Panther (Ryan Coogler) et BlacKKKlansman (Spike Lee) présageaient un réel progrès. On retient également, ces dernières années, le couronnement d’Alfonso Cuarón (en 2014 et 2019), Alejandro González Iñárritu (en 2015 et 2016) et Guillermo del Toro (en 2018) : trois Mexicains primés pour l’Oscar de la Meilleure réalisation. Aussi l’Académie des Oscars montrait-elle sa bonne volonté en juillet 2019 en accueillant 842 nouveaux membres venant de 59 pays : dans ces nouvelles recrues, 50% de femmes et 29% de personnes racisées.

Barry Jenkins et l'équipe de Moonlight recevant l'Oscar du Meilleur film en 2017
Barry Jenkins et l'équipe de Moonlight recevant l'Oscar du Meilleur film en 2017
© AFP - Mark Ralston

Au niveau de l'ensemble de l'industrie américaine, le dernier rapport de l'université de UCLA sur la diversité à Hollywood indique que les minorités continuent d'être sous-représentées behind the camera. Néanmoins, les films aux castings diversifiés voient leurs audiences augmenter chaque année. Et le nombre de rôles distribués aux femmes et aux personnes racisées est de plus en plus proportionnel à la population globale des Etats-Unis. 

En dépit de ces améliorations, la 92e édition des Oscars a largement écarté les minorités, entraînant une forte désillusion. Pour Régis Dubois, ce n’est pas nécessairement un pas en arrière : "Le problème est global et systémique, il ne sera pas réglé d’un coup de baguette magique. Il ne faut pas seulement prendre quelques votants issus des minorités comme alibi. Il faut que, structurellement, la société change et qu’il y ait plus de personnes racisées, plus de femmes à Hollywood dans son ensemble". Pour accélérer ce processus, certains préconisent une forme de discrimination positive. "Moi je suis pour les quotas", affirme Iris Brey. "Je pense qu’on a besoin d’une certaine radicalité pour avoir des progrès".

Une chose est sûre : cette problématique des discriminations à Hollywood est loin d’être résolue. De l'autre côté de l'Atlantique, des revendications similaires commencent à prendre de plus en plus d'ampleur sur le débat public. A l'approche de la 45e cérémonie des Césars, Roman Polanski en tête, le cinéma français devrait sans doute, lui aussi, interroger ses choix de représentations.