Publicité

Palmyre, Alep, Mossoul : les enjeux de la numérisation du patrimoine menacé

Par
Reconstitution du temple de Baalshamin à Palmyre, détruit par Daech.
Reconstitution du temple de Baalshamin à Palmyre, détruit par Daech.
- ICONEM / DGAM

L’Institut du monde arabe de Paris ressuscite en 3D Mossoul, Alep et Palmyre le temps d’une exposition. Elle est la preuve de l’intérêt grandissant de la sauvegarde numérique du patrimoine en danger. L'Unesco et des pays comme la France en ont fait une priorité, même si la reconstruction fait débat.

Marqués par la récente destruction de monuments historiques, comme à Tombouctou, de plus en plus de grands projets se développent pour garder en mémoire le patrimoine en péril. Des reconstitutions en 3D sont réalisées avec plusieurs objectifs : conserver une trace de ces monuments pour poursuivre le travail des chercheurs, mais aussi montrer ce qu'étaient les grands sites détruits par les guerres.

Dans l’exposition "Cités millénaires" de l'Institut du monde arabe, on survole grâce à des images 3D les ruines de la ville de Mossoul, en Irak, on se faufile dans les souks d’Alep en Syrie. Des trésors de la civilisation détruits à jamais. Deux autres sites archéologiques ont été retenus : Palmyre, en Syrie, et Leptis Magna, en Libye. 

Publicité
L'exposition à l'Institut du monde arabe à Paris a démarré le 10 octobre.
L'exposition à l'Institut du monde arabe à Paris a démarré le 10 octobre.
© Radio France - Victor Vasseur

Un "manifeste" pour transmettre l'Histoire

Ce n’est pas qu’une simple exposition. C’est un conservatoire numérique, une mémoire digitale pour les générations futures. L'exposition de l’Institut du monde arabe ne montre pas une seule œuvre. Ainsi l'a déterminé Aurélie Clemente-Ruiz, la commissaire de l’exposition : 

Nous avons pris le parti de faire une exposition qui ne présente pas d’œuvres, nous sommes vraiment sur le choc des images à grande échelle. Le visiteur a une prise de conscience sur l’ampleur des dégâts actuels. Nous avons choisi ces sites parce qu’ils avaient des monuments extrêmement beaux.

Aurélie Clemente-Ruiz, la commissaire de l’exposition "Cités millénaires" à l'IMA.
Aurélie Clemente-Ruiz, la commissaire de l’exposition "Cités millénaires" à l'IMA.
© Radio France - Victor Vasseur

Le constat est simple : ces dernières années, dans le monde arabe, il y a eu davantage de destruction que pendant un siècle. C’est donc un travail d’urgence : recenser le patrimoine pour en garder une trace.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

51 min

Garder en mémoire le patrimoine pour reconstruire

Les images diffusées dans cette exposition ont été réalisées par la société Iconem. Elle s’est rendue sur place pour numériser un grand nombre de sites archéologiques. Des centaines de milliers de photos ont notamment été prises par des drones. Iconem travaille aujourd’hui dans 25 pays pour conserver des sites en les numérisant. "Nous sommes allés à Alep juste après la bataille, avant qu'on ne commence à nettoyer la ville__. Il fallait garder les empreintes de la destruction" assure à l’AFP Yves Ubelmann, son président.

Avoir une trace permet de lancer une réflexion : faut-il restaurer, reconstruire ou non, et comment ? Les données récoltées offrent la possibilité aux scientifiques de se poser les bonnes questions et de continuer à travailler sur les monuments, si toutefois ils n’existent plus.

"La question de la reconstruction fait débat" reconnaît Aurélie Clemente-Ruiz, la commissaire de l’exposition à l’IMA : "Pour la cité de Palmyre, un site très ancien, où des vestiges ont été détruits par Daech, si on reconstruit, comment le fait-on ? A l’état d’origine que personne n’a connu il y a vingt siècles, ou avant l’arrivée du groupe Etat Islamique ? Sur un site urbain, c’est très différent." Elle poursuit : "Il y a la population qui vit là. Toutes ces habitations doivent être reconstruites, les habitants veulent revenir et le lien social doit être retrouvé. Bien sûr que ces outils technologiques peuvent aider."

 Image 3D de la cour de la mosquée des Omeyyades d’Alep, Syrie, mission d’avril 2017
Image 3D de la cour de la mosquée des Omeyyades d’Alep, Syrie, mission d’avril 2017
- Iconem/DGAM

Par exemple, la numérisation de Mossoul s’est faite à la demande de l’Unesco. La mosquée Al-Nouri, qui a été dynamitée par Daech, est au cœur d’un grand programme : Faire revivre l’esprit de Mossoul. L’Institut du monde arabe rappelle qu’il existe des fonds très importants pour reconstruire cette mosquée. Mais la vraie question qui se pose maintenant est : "C_omment faire ?_" se demande Aurélie Clemente-Ruiz. "Tous les relevés qui ont été fait vont pouvoir servir. Le bâtiment est en ruines. Il reste un tout petit bout de la coupole et c’est tout. Le minaret est réduit en gravats. Cette mosquée du XIIe siècle n’existe presque plus."

Autre cas concret : le temple de Baalshamîn, à Palmyre. L’exposition propose une reconstitution virtuelle de son état avant sa destruction par Daech en 2015. Pour cela, l’Institut du monde arabe a croisé les images de la société Iconem et les documents du fonds Collart qui appartiennent à l’Université de Lausanne. Elle dispose d’archives, de carnets, de dessins ou encore de plans, permettant une reconstruction possible du sanctuaire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une base de données pour le patrimoine syrien et un site portail pour le Proche-Orient

Depuis deux ans, les plus grands sites syriens menacés par la guerre sont enregistrés dans une vaste base de données en ligne, en particulier 3D. Syrian Heritage est née en partenariat avec l'Inria, Microsoft et l'École normale supérieure. 

On y retrouve, entre autres, le Krak des Chevaliers, la citadelle de Damas, la mosquée des Omeyyades ou encore le théâtre romain de Jableh. Le résultat est édifiant. Grâce aux images de synthèse, il est possible de visiter virtuellement ces monuments. 

Dans un communiqué, Maamoun Abdulkarim, le directeur des antiquités syriennes explique : "Cette solution offre aux sites archéologiques un véritable espoir de renaissance__, et permettra quoi qu’il arrive d’en conserver la mémoire. L’opération que la Direction Générale des Antiquités et des Musées syrienne a menée avec Iconem va permettre d’éviter une perte irréparable pour l’humanité." 

En plus de ces sites, la start-up française Iconem et la Direction Générale des Antiquités et des Musées syrienne (DGAM) ont numérisé les collections de grands musées syriens, comme celui de Lattaquié. Des opérations ont aussi été menées en Afghanistan, en Italie avec le site de Pompéi, à Oman, au Pakistan et à Haïti.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un autre projet similaire de conservation numérique du patrimoine du Proche-Orient existe. Il a été lancé par le ministère de la Culture en 2016, concrétisé sur le site patrimoineprocheorient.fr. Des vues aériennes de Nimrud en Irak et de Mari sur les bords de l'Euphrate en Syrie, des images 3D mais aussi des portraits d'archéologues et des entretiens avec des scientifiques sont disponibles.

La protection du patrimoine, priorité de l’UNESCO

Le 20 mars 2017, l’Unesco a lancé, en partenariat avec la France et les Emirats, l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (l’ALIPH). Lors de son lancement au Louvre à Paris, le Président François Hollande, qui avait fait de la création de cette Alliance une priorité, déclarait : "La protection du patrimoine est inséparable de la protection des vies humaines__.

Bariza Khiari, ex-sénatrice, est la vice-présidente de l’Alliance : "Nous avons décidé la réhabilitation de plusieurs projets. Celui du musée de Mossoul, la réhabilitation de tombeaux des Saints soufis au Mali et puis la réhabilitation d’un monastère au nord de l’Irak. Nous allons aussi lancer une formation dans ces pays pour apprendre à reconstruire des monuments qui étaient fabriqués en terre."

"Conserver ce patrimoine est essentiel." Bariza Khiari, vice-président de l'ALIPH.

1 min

L’idée de cette Alliance remonte à 2015, lorsqu'un rapport composé de cinquante mesures proposait, entre autres, la création d’un Fonds de dotation international dédié à la protection et la reconstruction du patrimoine.

On se souvient enfin qu'à l'été 2016, le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi avait été condamné à neuf ans de rétention par la Cour pénale internationale à La Haye. Il était reconnu coupable de crime de guerre pour des destructions de mausolées classés au Patrimoine mondial de l'humanité, à Tombouctou, au Mali. Un procès historique : le premier à considérer la destruction du patrimoine culturel comme un "crime de guerre".