Publicité

Pangolin : vers la fin d'un trafic mondial ?

Par
Un pangolin au Zimbabwe. L'animal également établi en Asie du sud et du sud est peut vivre entre 10 et 15 ans
Un pangolin au Zimbabwe. L'animal également établi en Asie du sud et du sud est peut vivre entre 10 et 15 ans
© AFP - Jekesai Njikizana

Moins visible et connu que les éléphants ou les rhinocéros, ce petit mammifère est davantage en danger, chassé pour la rareté de sa viande et ses écailles porte-bonheur. Et la 17e Convention sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction vient d'interdire son commerce international.

"Le pangolin est l'animal victime du plus grand trafic planétaire". C'est le message alarmiste qu'à lancé John Scanlon, chef de la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction à l'Agence France Presse.

Ils ne pèsent pas plus de 30 kg et se mettent en boule dès qu'ils sentent le danger venir. Les braconniers n'ont plus qu'à venir les ramasser avant de les congeler vivants et de les vendre. Très prisée en Chine, au Vietnam ou dans d'autres pays asiatiques, sa viande est considérée comme un met d'excellence et se vend à prix d'or, signe extérieur de richesse.

Publicité

Ses écailles en kératine font, quant à elles, l'objet de nombreuses superstitions et de facto d'un très important commerce. En Afrique, elles sont réputées pour porter chance. En Asie, la poudre d'écaille de pangolin aurait selon la tradition chinoise nombre de vertus : aphrodisiaque pour les uns, remède contre les maladies du foie ou de peau, ou même aux douleurs menstruelles pour les autres Ces bienfaits ne sont pas scientifiquement vérifiés. "Les pangolins sont victimes des croyances de la médecine traditionnelle chinoise ", s'insurge Michèle Jung, présidente de la fondation Animals Asia.

En juin dernier, les autorités hongkongaises ont découvert à l'intérieur d'un cargo provenant d'Afrique  4,4 tonnes d'écailles de pangolin !
En juin dernier, les autorités hongkongaises ont découvert à l'intérieur d'un cargo provenant d'Afrique 4,4 tonnes d'écailles de pangolin !
© AFP - Minden Pictures / Ch'ien Lee Ch'ien Lee

Un mammifère solitaire et sauvage en danger dans le monde entier

Moins connu que l'éléphant ou le rhinocéros, le pangolin figure pourtant parmi les espèces les plus menacées au monde. Ce petit mammifère aux allures de fourmilier ne sort qu'une fois la nuit tombée. Présents entre autres en Asie du Sud-Est ou en Afrique équatoriale, les pangolins arpentent les sols sablonneux à la recherche d'insectes qu'ils pourront attraper avec leur longue langue gluante et leurs griffes acérées. Solitaires, ils se reproduisent peu et ne survivent pas longtemps à la vie en captivité, "incompatible avec leur écosystème", souligne Michèle Jung. Son espérance y est alors réduite à quelques mois. Deux facteurs qui menacent l'espèce.

"Nous estimons (...) que plus d'un million de pangolins ont fait l'objet de trafic au cours de la dernière décennie, ce qui dépasse de loin le nombre combiné de rhinocéros ou d'éléphants" illégalement chassés, explique à l'AFP Ray Jansen, un des fondateurs de l'ONG du Groupe de travail sur les pangolins en Afrique.

Il existe huit sous-espèces de pangolin à travers le monde. Toutes en danger ou même menacées d'extinction selon la protection des espèces du WWF (Fonds mondial pour la nature). En Chine comme au Vietnam, les deux types de pangolin présents sont classés "en danger critique d’extinction", sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

"Régulièrement, les autorités douanières saisissent des cargaisons contenant des tonnes d’écailles et de viande congelée", alerte le Fonds International pour la protection des animaux (IFAW).

Saisie d'1,3 tonne de viande de pangolin congelée à Java, en juillet 2015
Saisie d'1,3 tonne de viande de pangolin congelée à Java, en juillet 2015
© AFP - Suryanto / Agence Anadolu

Mobilisation internationale à son secours

En 1994, la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction (Cites), qui regroupe une centaine de pays, a restreint la commercialisation du pangolin. Elle prescrit alors que "le commerce des spécimens doit être réglementé pour éviter une exploitation incompatible avec leur survie".

En 2000, face aux massacres croissants, elle décide que "les pangolins d’Asie, prélevés dans la nature principalement à des fins commerciales, sont soumis à des quotas d’exportation zéro".

Mais cette décision ne porte pas ses fruits tant sa mise en place est compliquée. Ainsi, selon l'organisation internationale de surveillance du commerce de la faune et de la flore (TRAFFIC), depuis 2000, "un minimum de quelque 17 000 pangolins" seraient victimes chaque année du commerce illicite au niveau mondial.

Aujourd'hui, à l'occasion des débats qui se tiennent jusqu'à mercredi prochain à Johannesburg, de nombreuses associations et ONG demandent d'aller plus loin encore. Et elles ont eu gain de cause ce mercredi 28 septembre avec le vote d'une interdiction totale du commerce international de celui qui aurait aussi inspiré un des Pokémon (Sabelette). Écoutez la réaction depuis Johannesburg de Céline Sissler-Bienvenu, directrice France et Afrique francophone du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) :

"C'est une grande victoire. Mais il faudra continuer à veiller car les trafiquants sont ingénieux, très rapidement ils trouvent des parades."

2 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le fameux Pokémon qui ressemble à un pangolin avec son corps cuirassé jaune et peut lui aussi s'enrouler sur lui-même pour repousser les attaques
Le fameux Pokémon qui ressemble à un pangolin avec son corps cuirassé jaune et peut lui aussi s'enrouler sur lui-même pour repousser les attaques
- Capture d'écran