Publicité

"Papiers", la revue de France Culture : un monde meilleur

Par
Revue "Papiers n°23"
Revue "Papiers n°23"
© Radio France

ÉDITO. "Papiers" illustre l’esprit d’ouverture de France Culture avec de grands moments issus de l’antenne, des curiosités, des archives, mais également des articles traduits des principaux titres de la presse étrangère, des textes inédits, un portfolio, des citations…

Au lendemain du centenaire de la révolution d’Octobre, qui aura davantage intéressé le milieu culturel que politique, la question de l’amélioration du monde reste au centre de la réflexion des penseurs. Tournant résolument le dos au mythe du grand soir, ils réfléchissent aux différentes options pour l’avenir. 

S'ABONNER "Papiers", la revue de France Culture

Publicité

Dans l’entretien que le philosophe américain Steven Pinker, un des intellectuels les plus lus dans le monde occidental, a donné à Guillaume Erner, il cite une phrase assez réjouissante du médecin et théoricien suédois Hans Rosling (1948-2017) : « je ne suis pas un optimiste, mais un "possibiliste". Je ne vois pas l’avenir, je ne peux pas savoir si les choses vont continuer à s’améliorer, mais il est possible que les choses s’améliorent ». Un autre chercheur américain, figure de la gauche dans l’univers des sciences sociales, développe le concept d’utopies réelles. Vouloir un monde meilleur relève-t-il du registre de la croyance ? Les nouveaux espaces de la croyance ne sont peut-être pas là où on les imagine, et ne se résume pas aux religions. S’il semble bien que Malraux n’ait jamais dit « le XXième siècle sera religieux ou ne sera pas », cela n’empêche pas de se poser la question. Au contraire. 

Hasard du calendrier. Tandis que Charles Dantzig s’intéresse au personnage de Claire Underwood, la troublante héroïne d’House of Cards, Kevin Spacey est licencié des studios de production de la série suite aux révélations consécutives à l’affaire Weinstein. Après la création des hashtags Balancetonporc et Metoo, et la vague de prises de parole de personnalités comme d’anonymes sur les viols et/ou les harcèlements sexuels dont elles ont été l’objet, Christine Angot met au centre du sujet la question du pouvoir et de la domination. 

Place donc à la parole des artistes, Amélie Nothomb et Dominique Gonzalès-Foerster se prêtent à l’exercice de la masterclasse avec Mathilde Serrell. David Hockney a offert au Centre Pompidou Le Sacre du printemps et nous a donné un entretien. Au cœur de la saison froide, alors que les perspectives de progrès ne sont pas garanties, c’est bon signe. 

Sandrine Treiner, directrice de France Culture