Publicité

Paris, 1310 : les béguines, une communauté de femmes subversives et féministes

Par
"Le dict des trois dames de Paris", vers 1320
"Le dict des trois dames de Paris", vers 1320
- Watriquet de Couvin

Quartier du Marais. Au grand béguinage royal, elles sont des centaines de femmes à vivre, étudier ou travailler comme bon leur semble. Refusant le mariage comme le cloître, les béguines forment une communauté inclassable, mi-religieuse mi-laïque. Un Moyen Âge méconnu.

Autour du livre La Nuit des béguines d'Aline Kiner, paru aux éditions Liana Levi en septembre 2018.

La vieille Ysabel, qui connaît tous les secrets des plantes et des âmes, veille sur les lieux.  Mais l’arrivée d’une jeune inconnue trouble leur quiétude. Mutique, rebelle, Maheut la Rousse fuit des noces imposées et la traque d’un inquiétant franciscain… Alors que le spectre de l’hérésie hante le royaume, qu’on s’acharne contre les Templiers et qu’en place de Grève on brûle l’une des leurs pour un manuscrit interdit, les béguines de Paris vont devoir se battre. Pour protéger Maheut, mais aussi leur indépendance et leur liberté.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un table ronde en hommage à Aline Kiner, auteure de La nuit des Béguines, organisée par la Société des Amis du musée de Cluny, enregistrée en mars 2019.  

Claude Gauvard, professeure émérite d’histoire du Moyen Âge à l’université de Paris 1 

Yann Potin, archiviste et historien

Caroline Bourlet, ingénieur de recherche au CNRS, spécialiste de la population parisienne et des petits métiers à Paris au début du XIVe siècle.