Publicité

"Parlez dans l'hygiaphone" : le retour en grâce d'un vieux système

Par
Dans les années 1950, une femme s'adresse à une vendeuse de tickets de cinéma, via un hygiaphone
Dans les années 1950, une femme s'adresse à une vendeuse de tickets de cinéma, via un hygiaphone
© Getty - Debrocke/ClassicStock

Parmi les nouveaux équipements de protection que l'on voit apparaître à l'aune de la crise sanitaire, les visières individuelles font florès. Elles semblent inspirées de l'hygiaphone, cette installation vitrée inventée après une épidémie de grippe dont furent victimes les agents de la SNCF en 1946.

"Comme ça à s'regarder chacun de chaque côté, on a l'air de mérous coincés dans l'aquarium. Mais faudra qu'entre nous je casse la plexiglas. (…) Parlez, parlez dans l'hygiaphone", chantait le groupe Téléphone en 1977.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Hygiaphone"… si le mot (marque déposée devenue substantif) vous est peut-être inconnu, vous avez forcément été amené à croiser l'objet à de multiples reprises dans votre quotidien ; surtout en ces temps de crise sanitaire, où les miasmes circulent de postillons en postillons. Il s'agit de cette double vitre, dotée d'une membrane acoustique, qui sépare deux personnes à un guichet de gare, de poste, de banque… Le dispositif, inventé il y a plus de 70 ans, semble aujourd'hui avoir influencé des équipements de protection contre le Covid-19, comme ces écrans en plexiglas fabriqués grâce à des imprimantes 3D par des industriels ou des particuliers, qui n'hésitent pas parfois à les baptiser "visières hygiaphone" ; et ce malgré le fait qu'elles ne dispensent en aucun cas du port du masque.

Publicité
Livraison de visieres de protection dans un dispensaire Covid-19 à Roanne
Livraison de visieres de protection dans un dispensaire Covid-19 à Roanne
© AFP - Veronique Popinet / Hans Lucas
5 min

Protéger les agents de la SNCF de la grippe de 1946

Du grec "hugiês", qui signifie "sain", et "phônê", "la voix", l'hygiaphone apparaît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En 1946, une grippe H1N1 venue de Chine via l'Australie fait de nombreuses victimes, notamment chez les agents de vente de la SNCF, provoquant un taux d'absentéisme record derrière les guichets. Pour enrayer la chute de sa productivité, la SNCF délègue alors à une entreprise l'élaboration de vitres de protection entre les agents et les clients. 

Inventé par l'ingénieur André Bourlier, le système se nomme en fait "passe-son Duetto", "Hygiaphone" étant dès lors la marque déposée par l'entreprise l'ayant lancé sur le marché. Il remplit parfaitement ses fonctions et devient un produit phare, comme le relate Alain Vulbeau dans un article consultable sur Cairn :

Dans sa version première, le dispositif était constitué d’une membrane dont la vibration permettait de transmettre un son amplifié tout en constituant une barrière infranchissable pour les germes. Là où les guichets furent équipés à partir de 1946, l’absentéisme des guichetiers a chuté.

Étiquette Hygiaphone sur les guichets
Étiquette Hygiaphone sur les guichets
- CC BY-SA 4.0/ Wikipédia
58 min

Dans les années 90, un produit pour secteurs à risques qui s’enjolive pour se renouveler

L'hygiaphone possède un autre avantage que goûtent les agents qui travaillent derrière le plexiglas : on peut plus difficilement les importuner. En 1968 est même développée une gamme complémentaire destinée aux milieux bancaires et postaux qui résiste non seulement aux microbes, mais aussi aux attaques à main armée ! 

Mais à la fin des années 1990, les entreprises cherchent à "décloisonner" leurs relations-clientèle et l'hygiaphone a du plomb dans l'aile si l'on en croit un article de Tiphaine Clotault paru en 1997 dans Libération :

Avec le temps, il devient le symbole d'une administration pas toujours à  l'écoute. Cristallisateur de l'exaspération des usagers, il se mue trop souvent en camp de retranchement pour agents débordés. Tout cela ne rend pas l'hygiaphone particulièrement sympathique.

Un employé de la gare d'Austerlitz témoignait d'ailleurs de ce mal-être dans l'émission "Grand Angle" en 1990, consacrée à ce qu'il se passait "Devant et derrière les guichets" :

C'est ressenti très mal des deux côtés. Le gros problème c'est l'anonymat, il n'y a pas vraiment de relation humaine intéressante. On a juste une fonction de distributeur, il faut qu'on donne les titres le plus rapidement possible. En fait on est presse-bouton. (...) Quand il n'y a pas d'amplificateur c'est très gênant aussi parce qu'il faut toujours forcer la voix, parler fort… c'est fatiguant, notamment en fin de journée. Au guichet c'est une position très inconfortable pour tout le monde. Le voyageur pourra être beaucoup plus agressif parce qu'il s'adresse à une vitre, à un distributeur… "Qu'il se dépêche" !

Devant et derrière le guichet : Grand angle, 8/09/1990

58 min

Pourtant, à cette époque, la société Hygiaphone continue bel et bien de se développer dans l'équipement de grands espaces (grands magasins, stations-services, parking publics, stades, parcs des expositions...) et de secteurs à haut risque, comme les ministères, les ambassades, les consulats…

L'Hygiaphone amélioré par le designer Olivier Frenoy
L'Hygiaphone amélioré par le designer Olivier Frenoy
- Fichet Group

Dans ces années-là, l'accent est aussi mis sur le design, amélioré par Olivier Frenoy, ainsi que sur un perfectionnement de l'acoustique, comme le rapportait encore Tiphaine Clotault : 

On épure pour un design plus sobre permettant "d'élargir et de simplifier le champ de vision". (…) Cette simplification a en outre l'avantage majeur de dématérialiser l'objet autant que possible. En principe donc, fini l'impression désagréable de parler au guichetier à travers une meurtrière. A ce changement de look viennent s'ajouter quelques améliorations techniques, comme une meilleure acoustique. Le designer évoque le "paradoxe technologique" du nouveau modèle qui "se suffit à lui-même". N'ayant pas besoin de micro, "il n'aura pas besoin non plus d'intervention électronique, d'où un gain de coût non négligeable".

Aujourd'hui, les passe-son ont été complétés par des appareils de transfert "testés, certifiés et classés pour leur résistance au vandalisme, aux tentatives d’effraction ou aux attaques à main armée selon les normes européennes en vigueur" se félicite le groupe Fichet Security Solutions qui a racheté la marque française il y a une vingtaine d'années. 

Un Hygiaphone doté d'un appareil de transfert
Un Hygiaphone doté d'un appareil de transfert
- Fichet Group

La crise sanitaire mondiale due au coronavirus donne en tout cas à l'entreprise de bonnes perspectives de croissance, les demandes de "solutions hygiaphone" ayant déjà augmenté de plus de 40% depuis début mars !