Publicité

Paul Veyne : "Dès qu'on emploie le mot croire, tous les doutes sont permis"

Détail d'une amphore d'Exékias représentant Achille jouant aux dés avec Ajax. (env. 530 av. J.C.)
Détail d'une amphore d'Exékias représentant Achille jouant aux dés avec Ajax. (env. 530 av. J.C.)
© Getty - Universal History Archive/UIG

2005. Deuxième entretien de la série "A voix nue" avec l'historien de l'Antiquité, Paul Veyne qui s'emploie à replacer le phénomène de la croyance dans les sociétés et notamment la croyance dans les mythes grecs.

Deuxième volet d' "A voix nue" avec Paul Veyne, historien spécialiste de l'Antiquité, qui nous livre son éclairage sur le phénomène de croyance dans les sociétés, tout en estimant que "les choses auxquelles on croit vraiment, c'est à peine si on les connait".

La grande majorité des religions sont tout simplement, sauf pour une élite fervente, des phénomènes tout simplement coutumiers. On croit ce que dit la société où l'on vit.

Publicité

"A voix nue" avec Paul Veyne (2/5) le 25/10/2005.

21 min

Pour Paul Veyne, la croyance, le règne de la religion dans les sociétés y compris modernes, viennent d'un sentiment largement partagé chez les hommes : "L'attitude la plus normale chez tous les humains, est de croire ce qui se dit."

Je persiste à croire qu'il y a dans 70% de l'humanité, une sensibilité religieuse. [...] Presque tout le monde a un début de sensibilité religieuse, en tout cas la majorité de la population. Ce qui explique deux choses. D'abord qu'à travers l'histoire, presque toutes les sociétés jusqu'aux nôtres en Occident ont eu une religion. Et ça se comprend cette sensibilité [...], tout le monde sent un peu. Vous avez d'énormes valeurs, la morale, la pitié, la miséricorde, la peinture, où tout le monde est au moins un peu sensible.

L'historien explique aussi la mythologie chez les Grecs en démontant toute construction sociologique ou philosophique de celle-ci, "en Grèce, la croyance va de soi".

Chez eux [les Grecs], la mythologie c'était tout simplement les contes de nourrice, l'équivalent du conte de la Mère l'Oie. C'était les contes que les nourrices racontaient aux enfants et c'était devenu une littérature de divertissement orale. On y croyait comme on croira sous le haut Moyen-Age aux invraisemblables vies de Saints et récits de martyrs qui composent la Légende dorée.

  • "A voix nue" 2/5
  • Première diffusion le 25/10/2005
  • Producteur : Laure Adler
  • Réalisation : Doria Zénine
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
54 min