"Les Soprano" de David Chase, série diffusée sur HBO
"Les Soprano" de David Chase, série diffusée sur HBO

Philosopher avec les séries - #CulturePrime

Publicité

Philosopher avec les séries

Par

La philosophe Sandra Laugier n'a pas honte de le dire, pour elle les séries nous enseignent des principes de vie comme la morale, le dépassement de soi et même la cohésion. Et vous, quelle série vous fait penser la vie autrement ?

Sandra Laugier est une philosophe qui a choisi de s’intéresser aux séries TV. Selon elle, votre série préférée peut être aussi utile qu’un cours de philosophie. Par exemple, pour comprendre le perfectionnement moral développé par Rousseau, vous pouvez regarder Game of Thrones.

Sandra Laugier : "Ce qui permet de penser la morale autrement, c’est de dire que ce n’est pas seulement une question de bien et de mal, mais aussi de perfectionnement individuel. C’est ce qu’on appelle le perfectionnement moral. Ce qui compte pour l’humain, c’est vraiment d’essayer de progresser, d’aller un peu au-delà de lui-même et d’atteindre un idéal.

Publicité

Un personnage comme Jaime Lannister, le "Kingslayer", essaye finalement à chaque fois, alors qu’il est parti de très bas moralement, de s’améliorer, au point qu’on est extrêmement attaché à lui. Dans The Handmaid’s tale, là aussi on a un personnage dont la présence, l’acharnement et la trajectoire ne s’expliquent que par cette volonté de se dépasser elle-même.

Ça paraît très banal de dire que la morale, c’est d’essayer d’être soi-même. Mais en réalité, être soi-même, ce n’est pas du tout quelque chose d’évident c’est arriver à trouver une voie, une forme d’authenticité, c’est arriver à se construire comme personnage.

Comme dans Breaking Bad, la dimension morale va être dans cette capacité d’un personnage à trouver une voie et à vraiment représenter quelque chose et être lui-même."

L’éthique du "care", cela vous évoque quelque chose ? Vous comprendrez si vous regardez la série Urgences.

Sandra Laugier : "Vous regardez une série comme Urgences par exemple, on a vraiment des personnages qui sont dans le "care", à la fois professionnel mais aussi personnel les uns par rapport aux autres. On se soucie des personnages donc on a, nous, un sentiment ou une pratique même de "care" par rapport aux séries et à leurs personnages puisque qu’est-ce que c’est que le "care" ? C’est une pensée morale qui s’intéresse aux situations particulières, aux personnes singulières, à leur façon d’être et qui va d’abord mettre le souci d’autrui avant des considérations morales très générales comme le bien, le mal, le bon choix, etc.

Dans une série féministe comme Big Little Lies avec toutes ces femmes qui décident de s’organiser pour se venger d’un homme qui a violé l’une d’elles en réalité, c’est vraiment le "care" collectif de ces femmes pour cette victime qui est leur amie, qui va en réalité être le ressort principal de cette intrigue."

Qu’est-ce qui fonde une communauté ? La réponse à cette grande question se trouve dans la série Friends.

Sandra Laugier : "Une série comme Friends, qui a l’air assez basique, simpliste, montre comment on arrive avec des origines très différentes, des styles très différents à constituer une petite société. C’est vraiment une réflexion aussi sur qu’est-ce qui lie les gens ? Cela renvoie à tous ces liens que cette communauté crée avec la communauté plus large du public et des spectateurs. C’est une façon de créer du lien par le fait de voir des liens se constituer. 

Une série comme The Walking Dead, qui est dans le genre apocalyptique ou post-apocalyptique où tout est détruit donc les structures sociales sont détruites et il faut arriver là aussi à se reconstituer une communauté, à se reconstituer des principes moraux qui ont complètement disparu. On a vraiment ce concept de ce que c’est que faire société, ce que c’est que d’être une communauté. 

La question qui se pose, c’est vraiment qu’est que l’on a en commun en fait avec les autres humains ? Ce lien, c’est un lien de conversation, de langage c’est pour ça que les dialogues sont si centraux et que l’écriture est si importante."

33 min