Picasso et le "Bad Painting"

Publicité

Picasso et le "Bad Painting"

*Vue de l’exposition Picasso.mania, scénographie bGc studio © Rmn-Grand Palais / Photo Didier Plowy, Paris 2015 *

Les peintures tardives de Picasso, reçues avec fraîcheur lors de leur exposition à Avignon en 1970 et 1973, sont celles-là mêmes qui devaient, dix ans plus tard, s’imposer comme modèles pour une nouvelle génération de peintres apparue au début des années 1980. Pour rendre compte de ce renouveau pictural, la Royal Academy de Londres organise en 1981 l’exposition « A New Spirit in Painting ». Au centre de l’exposition sont présentés cinq tableaux de la dernière période de Picasso. Trois ans plus tard, lorsque le musée Guggenheim de New York organise son exposition consacrée aux dernières années de Picasso, c’est l’ensemble des artistes américains, toutes générations confondues (des pop artistes, Johns, Warhol, aux street artists Basquiat, Haring...), qui répond à cet oeuvre ultime. Bad painters, Nouveaux Fauves, trans-avant-gardistes se reconnaissent dans cette peinture qui réhabilite la figuration, l’expression subjective, la narration.

Publicité

Retrouvez l'expostion Picasso.mania au Grand Palais

Suivez-nous sur Facebook, , et Youtube