Publicité

Pierre Bourdieu : "L'habitus, ce n'est pas le destin, le fatum"

Pierre Bourdieu en 1998
Pierre Bourdieu en 1998
© AFP - PIERRE VERDY / AFP

1988. Quatrième épisode de la série "A voix nue" consacrée à Pierre Bourdieu sur France Culture en 1988. Pierre Bourdieu a réactivé le concept antique d’ ‘habitus’. Il lui permet de repérer les mécanismes sociaux qui sont ‘incorporés dans le cerveau des individus’.

Dans ce quatrième entretien de la série "A voix nue" enregistré en 1988, Pierre Bourdieu explique la genèse des structures mentales chez les individus biologiques. Les individus ne sont pas des esprits instantanés : leurs mentalités sont formées à la fois d’un milieu individuel familial et surtout d’un environnement social collectif, l’ "habitus" : "Selon l’habitus que j’ai, je verrai ou je ne verrai pas certaines choses dans la même situation et voyant ou ne voyant pas cette chose, je serai incité par mon habitus à faire ou à ne pas faire certaines choses. Par exemple, entre un travail ennuyeux et bien payé, et un travail intéressant et mal payé, « si je suis fils de professeur, il y a des chances que je choisisse un métier plutôt intéressant et mal payé."

"A voix nue" Pierre Bourdieu 4/5 le 04/02/1988

29 min

Mais l’habitus ce n’est pas un destin, un fatum, comme on me le fait dire, c’est un système de disposition ouvert qui va être constamment soumis à des expériences et transformé par ces expériences. Cela dit, je vais tout de suite corriger… Il existe une probabilité que les expériences confirmeront l’habitus, autrement dit que les gens auront des expériences conformes aux expériences qui ont formé leur habitus.

Publicité
  • " A voix nue" : Pierre Bourdieu 4/5
  • 1re diffusion : 04/02/1988
  • Production : Roger Chartier
  • Réalisation : Marie-Andrée Armynot
  • Indexation web : Catherine de la Clergerie, de la Documentation de Radio France