Publicité

Pierre Nora : "L’histoire s’est toujours écrite en fonction de ce que l’avenir nous dictait de retenir du passé"

Par
Cimetière militaire de Verdun
Cimetière militaire de Verdun
© Getty - stockcam

L’élargissement du champ historiographique et le développement de la connaissance et de la culture des traces du passé, donnent aux "lieux d’histoire, lieux de mémoire", une place stratégique pour assurer la compréhension, la transmission et l’appropriation de l’histoire.

L'historien Pierre Nora revient sur les liens qui unissent les lieux de mémoire aux musées d’histoire. Il rappelle qu’après la Seconde Guerre mondiale, la société française s’est dotée d’un caractère identitaire et mémoriel très puissant. Le présent n’était alors qu’un point de passage. Il fallait avant tout réviser l’histoire. Cependant, depuis une quarantaine d’années maintenant, la mémoire et le "présentisme" sont montés en puissance. 

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un entretien enregistré en juin 2009 dans le cadre du colloque "Lieux de mémoire, musée(s) d’histoire(s)".

Publicité

Pierre Nora, historien et membre de l’Académie française.