Publicité

Plan sur plan dans l'automobile

Par

Plan de soutien gouvernemental au secteur automobile
Plan de soutien gouvernemental au secteur automobile

Il y a le plan de soutien gouvernemental présenté par Arnaud Montebourg et Michel Sapin ce matin en Conseil des ministres et à la presse. Plan de redressement de toute la filière axé sur l'innovation, avec un coup de pouce sur l'achat de "voitures écologiques" : électrique et hybride. La voiture 100% électrique fabriquée par Renault dans son usine de Flins sera "accessible au prix de 13.500 euros" a par exemple expliqué le ministre du redressement productif. Et près de 2 milliards d'euros seront mobilisés par le biais de dépenses maintenues, réorientées ou nouvelles (moins de la moitié de la somme).

Un "pacte productif pour l'automobile" selon Jean-Marc Ayrault, pour un Etat qui annonce un quart de sa flotte électrique ou hybride. Avec une aide au secteur en échange de la "pérennisation des sites de production" Jérôme Val :

Publicité

Le plan gouvernemental pour l'automobile. Par Jérôme Val

1 min

Et Cédric Klapisch et Luc Besson ont été sollicités pour réaliser des "publicités en faveur de l'automobile française", a révélé Arnaud Montebourg.

Revue des réactions à ce plan gouvernemental, avec Jérôme Val :

Écouter

1 min

Les véhicules propres en France
Les véhicules propres en France

Le vice-président de la Fédération des industries des équipements pour véhicules (Fiev), Arnaud de David-Beauregard, interrogé par l'AFP, a regretté que "Le plan laisse à plus tard le traitement de la compétitivité et de la flexibilité du marché du travail". Et pour Michel Rollier, à la tête de la Plateforme de la filière automobile (PFA) et ancien numéro un de Michelin : "Il y a un absent, c'est la question de la compétitivité. On nous renvoie au futur alors que c'est le problème majeur de l'industrie automobile française".

Pour Christian Estrosi, ancien ministre de l'industrie de François Fillon, "ce plan automobile n'est qu'une énumération de mesurettes vaguement inspirées du plan mené sous la présidence de Nicolas Sarkozy". Et la présidente du Front national, Marine Le Pen, n'y voit que "des mesurettes et des taxes déjà testées cent fois, qui n'apportent aucune réponse solide sur la durée".

En revanche, "Renault salue la volonté de l'Etat de soutenir la filière automobile française", a déclaré le PDG Carlos Ghosn dans un communiqué, et "se félicite tout particulièrement du signal fort envoyé en faveur des véhicules propres et notamment des véhicules électriques". Renault qui a un peu plus tard annoncé puis démenti un report du lancement de sa citadine électrique Zoé. Précisions d'Isabelle Raymond :

Écouter

59 sec

Gros plan sur le marché de la voiture électrique, Annabelle Grelier :

Écouter

1 min

Dans le même temps, Peugeot annonçait son plan social et des pertes financières pire qu'attendues .

Manifestation de salariés de PSA Avenue de la Grande Armée, à Paris, le 25 juillet 2012
Manifestation de salariés de PSA Avenue de la Grande Armée, à Paris, le 25 juillet 2012
© Radio France - Arnaud Racapé

Des centaines de salariés ont descendu l'avenue de la Grande Armée, de la place de l'Etoile au siège du groupe, à l'occasion du Comité central d'entreprise. Alors que la direction présentait aux syndicats son projet de suppression de 8.000 postes, avec la fin de la production à Aulnay-sous-Bois et la réduction de l'activité à Rennes. Objectif : 1,5 milliard d'euros d'économies de à l'horizon 2015.

Précisions depuis le siège de PSA, à Paris, d'Arnaud Racapé :

Plan social à PSA. Par Arnaud Racapé

1 min

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a affirmé que "Nous accompagnerons l'ensemble de la négociation en la facilitant et en évitant que cette négociation ne tourne au désavantage d'une des parties, celle qui se trouvait peut-être plus en faiblesse". Via aussi des "crédits en matière de formation" et d'aides au "chômage partiel".

Plan social chez PSA
Plan social chez PSA

PSA, symbole d'une filière automobile dans le rouge. Choix de la rédaction

Par Hakim Kasmi, le 10 juillet dernier.

Automobile : symbole du déclin de l'industrie française ? Les Matins

Le 2 juillet, Marc Voinchet recevait Jean-Rémi Macchia, journaliste automobile sur France Info, Alexandre Guillet, rédacteur en chef du magazine Le journal de l'automobile, et Jean-Pierre Mercier, délégué CGT sur le site de PSA Aulnay.

Arnaud Montebourg invité du 7/9 de France Inter

Interrogé par Pierre Weill il y a une semaine.

L'industrie automobile française victime d'un triple piège. Le Monde

Par Philippe Escande, mis à jour ce mercredi.

"Montebourg n'y changera rien, la filière automobile est morte" JDD.fr

Reportage de Mathilde Siraud.

Borloo : « Il faut lancer un Grenelle des véhicules du futur » LesEchos.fr

Entretien avec le député du Nord, président du groupe centriste à l'Assemblée nationale.

Europe : les immatriculations de VP en baisse de 1,7% en Juin. Fédération des industries des équipements pour véhicules