Georges Braque dans son atelier en 1950 ©Getty - Historical
Georges Braque dans son atelier en 1950 ©Getty - Historical
Georges Braque dans son atelier en 1950 ©Getty - Historical
Publicité
Résumé

Notre époque donne le primat aux vérités scientifiques et juridiques. Or, il existe d'autres vérités qui sont d'un autre ordre et nous avons tendance à les négliger. Au point de nous couper d'une dimension profonde de notre existence humaine.

En savoir plus

Un des présupposés de notre temps est de croire qu’est vrai ce qui est l’objet d’une démonstration établie sur une ou plusieurs preuves.

Du coup, pour nous, les deux domaines où la question de la vérité nous semble légitime sont les ordres scientifique et juridique.

Publicité

Or il existe d’autres vérités qui ne sont pas de cet ordre et que nous avons tendance à négliger, et parfois même à nier.

Par là, nous nous coupons d’une dimension profonde de notre existence humaine. Nous nions même en quelque sorte notre humanité. 

Car bien sûr il existe une vérité d’un engagement, d’un sentiment…Et c’est à en découvrir l’ampleur et l’importance que nous invite le peintre Georges Braque.

Références

L'équipe

Fabrice Midal
Fabrice Midal
Fabrice Midal
Production
Lionel Quantin
Réalisation