.
. ©Getty - © Andriy Onufriyenko
. ©Getty - © Andriy Onufriyenko
. ©Getty - © Andriy Onufriyenko
Publicité

"A présent" reçoit ce soir le sociologue Gérard Bronner et le neurologue Lionel Naccache pour comprendre les mécanismes et interactions opérés entre cerveaux et réseaux.

Avec
  • Gérald Bronner Professeur de sociologie à l’Université Paris Diderot - Paris VII
  • Lionel Naccache Neurologue chercheur en neurosciences cognitives. Codirecteur de l’équipe “PICNIC - Neuropsychologie et Neuroimagerie fonctionnelle” à l’Institut du cerveau, Paris.

Dans son dernier livre, Apocalypse cognitive, Gérald Bronner, sociologue, met en relation les techniques les plus modernes de l’information, et les mécanismes les plus archaïques de nos cerveaux, en soutenant que toutes les médiations patiemment construites par l’humanité sont en train d’imploser. C’est ce qui expliquerait les déflagrations en ligne, mais aussi dans le réel, quand les tenants des fake news descendent dans la rue. Déjà dans L’homme réseau-nable, Lionel Naccache, professeur en neurobiologie, de son côté, avait développé une analogie entre cerveau et réseau, et leurs explosions « épileptiques ». Quels sont les dangers de ces deux extrêmes de la technique et de la vie, les réseaux et les cerveaux ? Le diagnostic est-il le bon, est-il le même aussi entre le neurologue et le sociologue qui se rencontreront ici ? Et si de toute façon le mal est si dangereux, quelles réponses, quelles règles, quelles médiations, quelle vérité, quelle société ? Un dialogue inattendu, fondamental, au cœur du présent. 

Avec Gérald Bronner, sociologue et Lionel Naccache, professeur en neurobiologie à la Pitié-Salpêtrière. 

Publicité

Nous sommes confrontés à un fait historique majeur : c'est la disponibilité de l'information. Au début des années 2000, au moment de l'apparition et de la démocratisation d'Internet, plus d'informations se sont publiées que depuis l'invention de l'imprimerie par Gutenberg. Pour accélérer les choses, 90% des informations disponibles ont été produites ces deux dernières années. Gérald Bronner

Dans la perception, on procède un peu comme dans un vrai cinéma. Même lorsque je suis en train de vous voir ou de discuter avec vous, il y a une capture discrète de certaines images, plus complexes que celles du cinéma. Notre "esprit cerveau" compose le film et la signification de ce qu'il est en train de percevoir. Lionel Naccache 

Avec les confinements, on a traversé une expérience - à taille réelle - de libération de temps de cerveau disponible. On a davantage consulté le monde numérique : 121% d'augmentation de consultation des réseaux sociaux au mois de mars (2020), et 155% au mois d'avril (2020). Le premier jour du confinement on a constaté une augmentation de la recherche sur Google du terme "complot". Gérald Bronner

Dès que vous ouvrez les yeux, vous êtes déjà dans de la fiction. Par "fiction", j'entends l'attribution d'un sens subjectif, la création de signification. Lionel Naccache 

Pour en savoir plus 

Sur Gérald Bronner 

Sa page Wikipédia.
Son portrait sur le site du journal Libération. 

Sur Lionel Naccache 

Sa page Wikipédia.
Dans La méthode scientifique sur France Culture : "Lionel Naccache, quand notre conscience fait du cinéma"

Choix musicaux

Choix de Lionel Naccache : "Manivelle" par Alain Souchon - Album : "Rame" (1980) - Label : RCA.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Choix de Gérald Bronner : "Cloudflakes" par Syd Matters - Album : "Ghost Days" (2008).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Max James
Réalisation
Jeanne Delecroix
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Zohra Vignais
Collaboration