Photographie du philosophe tchèque Jan Sokol, décédé le 16 février 2021, prêtée par sa famille à l'occasion de sa commémoration - © Hana Mahlerová
Photographie du philosophe tchèque Jan Sokol, décédé le 16 février 2021, prêtée par sa famille à l'occasion de sa commémoration - © Hana Mahlerová
Photographie du philosophe tchèque Jan Sokol, décédé le 16 février 2021, prêtée par sa famille à l'occasion de sa commémoration - © Hana Mahlerová
Publicité
Résumé

Ce grand intellectuel, au parcours atypique, est mort mardi 16 février 2021. "À présent" lui rend hommage ce soir en discutant de son héritage culturel, politique, philosophique avec le philosophe Ondrej Svec et la politiste Zora Hesova, ainsi que le témoignage de Marie Stranska, sa fille.

avec :

Marie Stranska (Fille de Jan Sokol), Ondrej Svec (Philosophe à l'Université Charles de Prague), Zora Hesová (Maître de conférence en théorie sociale et philosophie à l’Université Charles de Prague).

En savoir plus

La Charte 77 à Prague, la Révolution de velours en 89, la pensée du vivant aujourd’hui. N’est-ce pas le cœur de l’Europe et même du monde, et comme une boussole, plus que jamais ? Oui. On y associe les noms d’un philosophe, Jan Patočka, mort en prison, d’un écrivain, Václav Havel, qui devint président. On oublie souvent Jan Sokol, élève et gendre du premier, ami et presque successeur du deuxième ! Car il perdit de peu, contre Václav Klaus, une élection présidentielle cruciale, en 2003. 

Jan Sokol vient de disparaître, à quatre-vingt-quatre ans. Mais sa disparition révèle et transmet tout ce qu’il maintenait vivant. Et qu’il faut maintenir encore : un héritage culturel, politique, philosophique. C’est une boussole en effet, qui continue de nous orienter. 

Publicité

Avec Ondrej Svec, philosophe de l’Université Charles de Prague, Zora Hesova, maître de conférences en sciences politiques à l’Université Charles de Prague et Marie Stranska, fille de Jan Sokol. 

Je ne m'attendais pas à cette disparition. Je comptais ré-inviter Jan Sokol à l'Université d'été francophone que nous organisons chaque année. [...] C'est lui qui m'avait introduit, dès ma première année d'université, à la phénoménologie française. Ensemble, nous avons traduit Lévinas, et ses cours sur Descartes ont été une révélation pour moi. [...] Mon premier examen oral à la fac s'est déroulé dans son bureau. Notre conversation s'est prolongée et, lui-même y prenant plaisir, il m'a demandé si j'étais fumeur et si je voulais bien partager une cigarette avec lui. J'ai accepté très volontiers. C'était un modèle de cigarettes bon marché, de prolétaire, une variante tchèque des Gitanes. Ondrej Svec

C'était un personnage qui avait l'air d'avoir plein d'énergie et qui était encore très actif avec ses étudiants. [...] On a énormément parlé de lui (à la télé, radio, presse...) parce qu'il a la stature du personnage qui nous relie à ce passé récent, et il n'est pas le seul. C'est une génération qui fait déjà partie de l'espace public, même si elle n'est plus très active. Jan Sokol a laissé énormément d'étudiants, et ce sont ces étudiants-là qui ont écrit des articles sur lui après son décès. Zora Hesova

Il a été obligé de quitter le lycée pour choisir un métier à cause de son origine sociale bourgeoise, comme on disait à l'époque. Son père était un architecte très connu de bâtiments religieux. Par la suite, il a pu suivre une formation d'orfèvre, puis mécanicien de pointe. Cela lui a permis de pouvoir réparer les horloges cassées de plus d'un dissident. Ondrej Svec

Moi, je ne l'ai pas connu en tant qu'étudiante. Je le connaissais plutôt en tant que figure publique et écrivain. Pour moi, il était le représentant de cet humanisme très "humain", très humble, dont on manque aujourd'hui. Zora Hesova

En 2007, il y a eu le centenaire de la naissance de Jan Patočka (son beau-père, ndlr). Jan Sokol a vu que les informations qui circulaient, incomplètes ou incorrectes, étaient massivement extraites de Wikipédia. Il a dit : "Ca suffit !" et a commencé à corriger la page Wikipédia sur Jan Patočka... Ensuite, il a rédigé lui-même de nouvelles pages, rectifié les erreurs d'autres pages (Wikipédia) et il nous a même incités, nous, ses jeunes collègues à rendre cette source aussi précise qu'une vraie encyclopédie académique. Et ça, c'était typiquement lui. Un travail anonyme, volontaire, non reconnu. Il a édité, écrit, corrigé plus de trente mille pages Wikipédia ! Ondrej Svec

Je pense que son héritage sera la faculté de sciences humaines qu'il a cofondée dans les années 90 et qui est un très beau bâtiment. Václav Havel a son aéroport, Jan Sokol aura peut-être son bâtiment à l'Université. Ça ne me surprendrait pas parce qu'il en a été le doyen pendant longtemps et que ses cours d'introduction à la philosophie ont marqué des générations d'étudiants. Il va manquer à cette institution où il enseignait encore récemment. Zora Hesova

Quand mon père a été appelé au poste de ministre (sous la présidence de Václav Havel, ndlr), il s'est investi totalement, c'était quelqu'un qui avait vraiment beaucoup d'énergie et qui avait une grande capacité de travail. Il a écrit beaucoup de livres, a voyagé à droite à gauche pour donner des conférences, même dans des villages, même quand les conditions n'étaient pas faciles, il y allait. Il n'avait peur de rien. Et il s'est présenté comme candidat à la présidence de la République contre Václav Klaus au moment où il s'est aperçu qu'il était un danger pour le pays. C'était nécessaire. Marie Stranska, fille de Jan Sokol

Mon père nous a légués un esprit "européen". Nous avons été élevés dans un patriotisme "ouvert". Et quand on me demande, à moi ou à mes enfants, si nous nous sentons plutôt Tchèques ou plutôt Français, nous, nous disons plutôt "européens" ! Marie Stranska, fille de Jan Sokol

Pour en savoir plus 

Page wikipédia de l'Université Charles de Prague, plus ancienne université d'Europe centrale et sa page officielle (un article sur Jan Sokol est à la Une, en ce moment).

Sur Ondrej Svec
Page de présentation du philosophe et ses publications - en anglais (site Academia - Université Charles de Prague).

Sur Zora Hesova
Page sur Zora Hesova (en anglais) et ses publications (site Academia - Université Charles de Prague).
Sa page twitter.

Choix musicaux et extraits sonores

Morceau choisi par Ondrej Svec : "So Tender" par Keith Jarrett, Gary Peacock & Jack DeJohnette - Album : Setting Standards (Standards I+II, Changes) - Label : ECM Records (2008)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits d'un entretien avec Jan Sokol : "Václav Havel a toujours douté de lui-même", l'hommage que Jan Sokol a rendu à Václav Havel pour Radio Prague International en 2011 (entretien mené par Mme Anna Kubišta que nous remercions vivement pour son autorisation).

Morceau choisi par Zora Hesova : Quatuor à cordes No 1. en mi mineur "From My Life" I. Allegro Vivo Appassionato de Bedřich Smetana par le Janacek Quartet

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Jeanne Delecroix
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Zohra Vignais
Collaboration
Félicie Faugère
Réalisation