Coquelicot poussant sur des rails au cœur d'une forêt.
Coquelicot poussant sur des rails au cœur d'une forêt.
Coquelicot poussant sur des rails au cœur d'une forêt. ©Getty - Polarica
Coquelicot poussant sur des rails au cœur d'une forêt. ©Getty - Polarica
Coquelicot poussant sur des rails au cœur d'une forêt. ©Getty - Polarica
Publicité
Résumé

Le printemps, le mois de mai, le temps des cerises : comment se fait-il que ces mots évoquent à la fois le renouveau de la nature et de la politique ? Est-ce une simple métaphore, peut-être naïve et illusoire ? Que sont devenus les Printemps des peuples ?

avec :

Emanuele Coccia (Philosophe, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)), Leyla Dakhli (Historienne, spécialiste du monde arabe contemporain, chercheuse au CNRS (centre Marc Bloch, Berlin)).

En savoir plus

Le printemps : comment se fait-il que ce mot évoque pour nous irrésistiblement le renouveau, à la fois dans la nature et dans la politique ? Il faut aller au bout de cette question. Qu’est-ce que le changement de saison nous révèle sur la nature et la manière dont elle nous traverse, dont nous en sommes tissés, constitués, transformés ? 

Le printemps, comme l'été, l'hiver et l'automne, démontre que la vie n'est pas un fait exclusivement terrestre. (…) On est pris dans un cosmos plus large, on dépend entièrement de la position de la Terre par rapport au Soleil. Les saisons nous disent à quel point nous sommes du ciel à l'intérieur d'autres ciels. Nous ne sommes pas que sur cette planète. La vie est une sorte de communication interstellaire. Emanuele Coccia

Publicité

La question du printemps nous parle, parce qu'elle démontre à quel point la vie est un phénomène discontinu, qui traverse des phénomènes de latence, de mort ou de non-vie. (…) Le printemps nous rappelle que la vie est très souvent disparition, effondrement et ensuite réapparition soudaine, inattendue, absolument imprévisible. Emanuele Coccia

Le philosophe Emanuele Coccia, auteur de Métamorphoses (Éd. Rivages, mars 2020), nous plonge au cœur du vivant et du symbole de l'éclosion printanière.

Ce qui est troublant dans tout acte de naissance, c’est que je récupère une vie, celle de ma mère, qui a récupéré celle de sa grand-mère, etc. De fait, je véhicule en moi une vie qui a le même âge que le premier vivant sur Terre. Et j'exprime une vie qui est intrinsèquement multispécifique, à la fois très jeune et très vieille. De ce point de vue, il y a une politique de la vie, plus vaste que la politique purement humaine, parce que c'est la Terre elle-même qui s'exprime. C'est une histoire ancestrale qui se révèle. Emanuele Coccia

Mais inversement qu’est-ce qu’un « printemps » politique ? Est-ce que c'est une métaphore naïve et peut-être illusoire ? Ne faut-il pas manier la notion de « printemps des peuples » et son symbole avec un regard critique ? 

Ce qui m'intéresse en tant qu'historienne, c'est cette idée de cycle (…). Les métaphores de renouveau et de spontanéité (dans l’image du printemps, ndlr.) nous mettent dans des temporalités non-linéaires et dans l'idée qu'on n'est pas dans un cycle révolutionnaire au sens traditionnel du terme (qui aurait un début, une volonté, une exécution et une fin, au sens de projection), mais qui peut être interprété autrement, au nom de soulèvements passés ou dans la continuité d'autres temporalités. Leyla Dakhli 

Observer des soulèvements et des cycles révolutionnaires à partir du temps comme outil (d'historien, ndlr.) nous permet de voir à quel point ce temps-là n'est pas appréhendé de manière linéaire par les acteurs et n'est pas nécessairement causaliste. Leyla Dakhli

Nous allons aujourd'hui jusqu'au bout de l'idée du printemps, des deux côtés de la nature et de la politique avec Emanuele Coccia, philosophe, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et avec Leyla Dakhli, historienne au CNRS rattaché au Centre Marc Bloch à Berlin et spécialiste des révolutions arabes, qui vient notamment de diriger L'Esprit de la révolte : archives et actualité des révolutions arabes (Seuil, octobre 2020) et Il était une fois les révolutions arabes (co-édition Seuil et l'IMA, janvier 2021). Et peut-être le renouveau l’emportera-t-il sur l’illusion dans tous les printemps du monde !

Pour aller plus loin

Sur Emanuele Coccia
La présentation et les publications du philosophe sur le site du CRAL (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage)
Les publications du philosophe disponibles sur le site academia.eu
• « Végéter », article de Jean-Marc Drouin publié dans la revue en ligne La Vie des idées le 26 juillet 2017, à propos de l'essai d'Emanuele Coccia, La Vie des plantes. Une métaphysique du mélange, (Rivages, 2016)
• « Qu'est ce que la philosophie ? », conférence d'Emanuele Coccia pour Les Rencontres Philosophiques de Monaco 2018

À réécouter : Emanuele Coccia, philosophe de la métamorphose

Sur Leyla Dakhli
La présentation, le projet de recherche et les publications de la chercheuse sur le site du Centre Marc Bloch, centre franco-allemand de recherche en sciences humaines et sociales
Les publications de la chercheuse disponibles sur le site academia.eu
DREAM, le groupe de recherche, dont Leyla Dakhli fait partie, sur les projets et rêves des révolutions arabes des années 50 à aujourd'hui
Les articles signés par Leyla Dakhli pour la revue en ligne La Vie des idées
• « L’esprit de la révolte : archives et actualité des révolutions arabes », webinaire avec Leyla Dakhli modéré par Salam Kawakibi pour le Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques, Paris, diffusé en direct le 20 octobre 2020 

À réécouter : Tunisie : sur le chemin de la démocratie

Extraits musicaux

Morceau choisi par Emanuele Coccia : "Faking the Books" par Lali Puna - Album : Faking the Books (2004) - Label : Morr Music.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Morceau choisi par Leyla Dakhli : "Shim El Yasmine" ("Le Parfum du jasmin") par Mashrou' Leila - Album : Mashrou' Leila (2009) - Label : Mashrou' Leila.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Jeanne Delecroix
Collaboration
Léa Nkamleun Fosso
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Anna Holveck
Réalisation