Le théâtre par hasard : épisode 4/10 du podcast René de Obaldia ou l'étonnement d'être au monde

René de Obaldia en 2011
René de Obaldia en 2011 ©AFP - Alain Jocard
René de Obaldia en 2011 ©AFP - Alain Jocard
René de Obaldia en 2011 ©AFP - Alain Jocard
Publicité

Poursuivant le récit de son œuvre littéraire, René de Obaldia raconte comment l'écriture théâtrale est venue "sans le faire exprès" pour divertir les invités au cours des soirées à l'Abbaye de Royaumont. C'est ainsi qu'il écrit sa première pièce, Le défunt.

Poursuivant le récit de son œuvre littéraire, René de Obaldia raconte comment l'écriture théâtrale est venue "sans le faire exprès" pour divertir les invités au cours des soirées à l'Abbaye de Royaumont. C'est ainsi qu'il écrit sa première pièce, Le défunt.

"J'ai pris goût aux dialogues", s'explique-t-il et il s'est ensuite lancé dans l'écriture de Génousie (1961) entre deux romans. Il passe en revue ses pièces les plus connues dont Du vent dans les branches de sassafras (1965), "un western de chambre" qui fut représentée pendant 18 mois avec Michel Simon comme interprète principal. D’innombrables anecdotes illustrent son aventure théâtrale en compagnie de cet immense acteur qu'il imite avec drôlerie mais dont il confie qu'il pouvait être "très difficile, intelligent, et méchant malheureusement, ce qui est rare, la vraie méchanceté est rare".

Publicité

L'équipe