André Wilms (1947-2022)
André Wilms (1947-2022) ©Getty - Matt Carr
André Wilms (1947-2022) ©Getty - Matt Carr
André Wilms (1947-2022) ©Getty - Matt Carr
Publicité

Première émotion empruntée au "Traité des passions" de Descartes et servant de fil conducteur à chacun des cinq volets de cette série d'entretiens : l'admiration.

"Les comédiens, appelés sur la scène, pour ne pas laisser voir la rougeur sur leur front, mettent un masque. Comme eux, au moment de monter sur le théâtre du monde où, jusqu’ici, je n’ai été que spectateur, je m’avance masqué" écrivait Descartes. Quand on lui demande si le fameux Larvatus prodeo cartésien pourrait aussi lui servir de devise, André Wilms répond qu’au contraire de l’auteur du Traité des passions, qui se comparait ainsi aux comédiens de son temps, il n’avait pas l’impression d’avancer masqué : "J’ai au contraire l’impression d’avancer tout nu, ce qui m’effraie. Cela fait partie de ma peur, et la peur est le principal moteur qui fait que je monte sur scène" confiait-il à Martin Quenehen en 2013.

Né à Strasbourg en 1947, André Wilms a notamment été un des acteurs fétiches d'Aki Kaurismaki qui disait de lui qu'il avait "un grand nez qui lui permet de fumer sous la douche". Pour le réalisateur finlandais, il a tourné Le Havre, mais aussi La vie de bohème, Juha ou encore Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse. André Wilms a aussi tourné avec Etienne Chatiliez – il a été un père Le Quesnoy bien peigné dans La vie est un long fleuve tranquille (mais aussi un médecin cocaïnomane ou un psychanalyste…). Mais c'est sur les planches que l'acteur a fait ses armes, une passion pour le théâtre qui ne l'a jamais quitté – que ce soit aux côtés de Klaus Michael Grüber, André Engel et Michel Deutsch, Jean-Pierre Vincent, Georges Lavaudant ou Heiner Goebbels. Et qui l'a amené également à se frotter à la mise en scène, pour donner chair aux textes d’Euripide ou à ceux d’Heiner Müller notamment.

Publicité
  • Une série d'entretiens proposée par Martin Quenehen
  • Réalisation : Julie Beressi
  • Prise de son : Olivier Leroux
  • Avec la complicité de Claire Poinsignon