Jean Guidoni, milieu des années 80, Paris, Cirque d'Hiver
Jean Guidoni, milieu des années 80, Paris, Cirque d'Hiver - Archives privées Jean Guidoni
Jean Guidoni, milieu des années 80, Paris, Cirque d'Hiver - Archives privées Jean Guidoni
Jean Guidoni, milieu des années 80, Paris, Cirque d'Hiver - Archives privées Jean Guidoni
Publicité

À 20 ans, Jean Guidoni quitte Marseille pour Paris. Il continue quelques temps à coiffer dans les salons dans le 18e et fait ses premières tournées d’été, puis se consacre pleinement à sa carrière de chanteur. C’est le temps des collaborations avec notamment Jacques Lanzmann, Didier Barbelivien.

Avec

Jean Guidoni raconte ses débuts de chanteur, sa participation au spectacle Paris Populi de Georges Coulonges, sa rencontre avec Michel Legrand, sa tournée d’été en lever de rideau de Serge Lama. Des débuts en dents de scie avec une halte dans un cabaret, le Royal Monceau, où il retrouve le monde de la nuit et des hôtesses qui font boire du Champagne aux clients. Il enregistre aussi un premier 45 tours et participe à la sélection de l’Eurovision. Mais les chansons qu’on lui propose ne correspondent pas à son monde intérieur et à ses démons. Un soir, il assiste au concert d’Ingrid Caven au Pigall’s, qui porte sur scène les chansons expressionnistes et sulfureuses du cinéaste allemand Fassbinder. Guidoni en sort ébloui : "voilà ! C'est ça que je veux faire. " et convaincu d’avoir enfin trouvé un univers musical qui lui ressemble et dont il aimerait s’approcher. Il entre alors en contact avec le traducteur de Fassbinder en France, Pierre Philippe, dont le nom figure sur l’album de Caven et lui demande de devenir son parolier. Démarre alors en cette année 1980, une collaboration qui prend vie sur la scène du Théâtre en Rond et allie l’esthétique du jeu théâtral (le maquillage blanc sur le visage du chanteur rendu méconnaissable, les yeux noirs et les lèvres rouge sang) aux thèmes sombres de la solitude, de la nuit et de la drague homosexuelle revendiquée haut et fort.

En juin 1981, il se retrouve sur scène à l’Olympia, Pierre Philippe lui propose un nouvel album, un opéra pour un homme seul Crime passionnel avec de longues tirades et une musique composée par le grand Astor Piazzolla. Jean Guidoni fait évoluer son chant vers une articulation privilégiant le rythme de chaque syllabe. La voix de Guidoni porte les textes de Pierre Philippe qui résonnent en lui comme jamais. A l’Olympia, il fait la connaissance de l’homme de sa vie : Philippe.

Publicité

Générique

Une série d’entretiens produite par Maylis Besserie. Réalisation : Laurent Paulré. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Florent Lavani. Coordination : Sandrine Treiner.

Concert

Au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, le Lundi 25 avril 2022 à 20h30

Pour aller plus loin

Le site non officiel de Jean Guidoni

Discographie

Chanson pour le cadavre exquis

Il y a. Album "Je marche dans les villes" (1980). Emission L'Atelier de la Chanson, 1981.

Bibliographie

Chanter n'est pas jouer (Ed. l'Archipel, 2003).

Dossier Jean Guidoni. Revue Je Chante, n° 20, 1996.

Quelques jours de trop (Ed. De Septembre, 1991).