Renaud Van Ruymbeke enfant
Renaud Van Ruymbeke enfant  - Collection personnelle Renaud Van Ruymbeke
Renaud Van Ruymbeke enfant - Collection personnelle Renaud Van Ruymbeke
Renaud Van Ruymbeke enfant - Collection personnelle Renaud Van Ruymbeke
Publicité

Lorsqu’il annonce son choix de devenir magistrat, son père évoque la lâcheté des juges pendant la guerre. Dès sa première grosse enquête politico-financière, le jeune juge Van Ruymbeke va prouver le contraire à son père…

Avec

Aîné d’une famille de cinq enfants, Renaud Van Ruymbeke est en classe de terminale lorsqu’il annonce à son père, énarque et haut fonctionnaire, que la justice le tente. Son ambition est alors très limitée, il dit simplement souhaiter quitter Paris pour devenir juge de paix en Province.

Lorsque j’annonce à mon père que je choisis la magistrature, lui a qui avait fait la guerre me met en garde sur la lâcheté des juges, leur manque d’indépendance ; il a cette phrase :  "ceux qui condamnaient les résistants sont les mêmes qui ensuite condamnaient les collabos."

Publicité

"Lorsque je suis arrivé dans la magistrature on n'enquêtait pas sur les ministres et sur les partis politiques, on traitait que les petits"

Devenu magistrat, le jeune homme va s’illustrer dès son premier poste, à Caen, se retrouvant au cœur d’un scandale politico-financier, lequel va se transformer en affaire encore plus sensible avec la mort d’un ministre, dont le corps sans vie sera retrouvé dans un étang en forêt de Rambouillet. C’est l’affaire Robert Boulin. Dans la lettre qu’il laisse pour expliquer sa mort, le ministre désigne le jeune magistrat comme l’un des responsables de son suicide :  "un juge ambitieux, haineux envers la société, considérant, a priori, un ministre comme prévaricateur… "

La lettre que Boulin laisse pour expliquer sa mort est un choc, je suis abasourdi. Ai-je agi correctement ? Avais-je raison d’enquêter sur un ministre ? 

"Je vais toujours rester intransigeant : on n'intervient pas dans mes enquêtes, il n'y a pas de privilège, il y a égalité pour tout le monde"

Cette première grosse affaire politico-financière est un baptême du feu qui va orienter tout le parcours de ce magistrat libre d’esprit qui ne semble pas se soucier de sa carrière. Dès cette époque, la hiérarchie judiciaire porte dans son dossier administratif cette annotation : " il témoigne de hautes vertus morales, et en particulier d’une indépendance affirmée. C’est ce trait de caractère que je redoute pour lui car il peut le conduire à des positions extrêmes ou excessives voire à des résultats fâcheux."

Nommé au Parquet, Renaud Van Ruymbeke va bientôt demander à partir, car il ne se résout pas à subir des "instructions" de sa hiérarchie dans les dossiers sensibles.

Une série d’entretiens proposée par Eric Lemasson, réalisée par Angélique Tibau. Prise de son : Yann Fressy. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Renaud Van Ruymbeke et la passion du piano, Les productions du moment, 2018.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.