Claude Angeli et son père dans les jardins du Rocher, à Monaco - archives personnelles Claude Angeli
Claude Angeli et son père dans les jardins du Rocher, à Monaco - archives personnelles Claude Angeli
Claude Angeli et son père dans les jardins du Rocher, à Monaco - archives personnelles Claude Angeli
Publicité
Résumé

Adolescent dans la France d'après-guerre, peu assidu en classe mais sportif, le jeune Angeli voyage avec son équipe de volley-ball. Il s'intéresse ensuite à la politique et devient permanent au PCF. Puis, agacé par le dogmatisme et la discipline de l'appareil, il se tourne vers le journalisme.

avec :

Claude Angeli (rédacteur en chef du 'Canard enchaîné').

En savoir plus

Claude Angeli est journaliste au Canard enchaîné depuis un demi-siècle. Il en a été le rédacteur en chef pendant plus de 30 ans. Depuis son premier scoop (la publication des feuilles d'impôts de Chaban-Delmas), jusqu'aux révélations qui ont fait vaciller François Fillon, il raconte les coulisses des grandes affaires de la Vème République : " oui, le Canard a parfois changé le nom du futur président ".

Claude Angeli naît en 1931, d'un père corse et d'une mère italienne. Son enfance, entre la région parisienne et Monaco, est marquée par la deuxième guerre mondiale et l'occupation. 

Publicité

Je me souviens place de la Concorde sur ce qui est devenu ensuite le Ministère la Marine, s’étendait un grand drapeau à croix gammée. Ça faisait mal… On n’imagine pas une aussi belle place ainsi salie…

Adolescent dans la France d'après-guerre, peu assidu en classe mais sportif, le jeune Angeli voyage avec son équipe de volley-ball. Il s'intéresse ensuite à la politique et devient permanent au Parti communiste français. On lui doit l’introduction du Coca-Cola à la fête de l’Humanité ! Puis, agacé par le dogmatisme et la discipline de l'appareil, il se tourne vers le journalisme. 

J’ai adhéré au parti communiste français car je pensais qu’il serait différent. (…)Je pensais toujours qu’avec Aragon, Joliot-Curie, Picasso, même avec Thorez ça serait mieux. (…) La naïveté était ma qualité première.

Une série d'entretiens produite par Frédéric Says, réalisée par Laurent Paulré, attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Sandrine Mallon.

Pour aller plus loin

Références

L'équipe

Frédéric Says
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination