Portrait de la dessinatrice Claire Bretécher à Paris en octobre 1975.
Portrait de la dessinatrice Claire Bretécher à Paris en octobre 1975. ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Portrait de la dessinatrice Claire Bretécher à Paris en octobre 1975. ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Portrait de la dessinatrice Claire Bretécher à Paris en octobre 1975. ©Getty - François LOCHON/Gamma-Rapho
Publicité

Dans ce premier épisode, Claire Bretécher évoquait son enfance à Nantes dans une famille bourgeoise moyenne et catholique, et son éducation dans un institut religieux ; puis ses premières BD, dessinées à 9 ans, ainsi que son arrivée à Paris pour y enseigner le dessin.

Avec

Claire Bretécher évoquait son enfance à Nantes dans une famille bourgeoise moyenne et catholique, et son éducation dans une institution religieuse ; puis ses premières BD, dessinées à 9 ans, ainsi que son arrivée à Paris pour y enseigner le dessin, ses influences et celle de la culture belge dans ces années-là, dans la bande dessinée. Elle évoquait ses lectures d'enfance, ses tentatives d'écriture de romans d'aventure, ses aspirations à devenir un homme aventurier... mais également son rapport à l'âge. Elle nous ouvre les pages de son livre de peintures Portraits, même si elle ne se définit pas comme peintre.

J'ai toujours voulu être un homme, je ne voulais pas être une femme.  Pour moi les femmes c'était la trinité la plus grotesque qui soit : enfants-famille-mari. 

Publicité

Claire Bretécher évoquait les journaux de BD qui l'ont façonnée (Tintin, Spirou, Pilote), ses débuts avec des dessins d'humour à la pige dans plusieurs rédactions, ses tentatives de faire de l'illustration ou des dessins de mode, la nécessité de gagner sa vie, son travail régulier pour Bayard Presse... La dessinatrice ne cachait pas son aversion pour l'actualité politique, et se remémorait sa première BD de six pages dans Spirou Les navets dans le cosmos, puis Les Gnangnan, et enfin son arrivée à Pilote en 1969 avant son départ pour Le Nouvel observateur en 1973.

Aujourd'hui, les dessinateurs sont obligés de faire des albums d'un minimum de 48 pages sans savoir ce que ça donne une fois imprimés. A l'époque il y avait des journaux de BD, aujourd'hui il n'y en a plus.

Une série d'entretiens produite par Claude Kiejman, réalisée par Nicole Salerne. 

Rediffusion du 11 mars 1996.

35 min

Bibliographie

Les Gnangnan, Claire Bretécher, éditions Glénat.

Portraits sentimentaux, Claire Bretécher, éditions de La Martinière.