Du Coran à l’école laïque, une formation anticolonialiste : épisode 1/5 du podcast Mohammed Harbi, une mémoire algérienne

Mohammed Harbi dans les années 50
Mohammed Harbi dans les années 50 - Archives privées Mohammed Harbi
Mohammed Harbi dans les années 50 - Archives privées Mohammed Harbi
Mohammed Harbi dans les années 50 - Archives privées Mohammed Harbi
Publicité

Mohammed Harbi, issu d’une famille de notables ruraux, intègre une école laïque. Sa famille l'inscrit aussi à l’école coranique. Poussé dans les études par son père, il adhère au parti du peuple algérien de Messali Hadj au lycée de Skikda.

Mohammed Harbi est né le 16 juin 1933, au sein d’une famille de riches paysans installés. Son père le pousse à faire des études à l’école française laïque, à une époque où peu de jeunes Algériens peuvent bénéficier de cet enseignement. Il acquiert en même temps une éducation religieuse empreinte de nationalisme.

Le père de Mohammed Harbi (à gauche) ainsi que son grand-père
Le père de Mohammed Harbi (à gauche) ainsi que son grand-père
- Archives privées Mohammed Harbi

Interne au lycée à Skikda (Philippeville), il adhère à la vitrine légale du parti du peuple algérien, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, le MTLD, " la devanture d'un parti clandestin " souligne Mohammed Harbi, dont le leader est Massali Hadj, dit le zaïm ou « l’unique », figure quasi messianique du nationalisme algérien.

Publicité

Ayant échoué au baccalauréat, son père l’envoie, pour la session de rattrapage de septembre à Paris, au collège Sainte-Barbe. Le bac en poche, Mohamed Harbi s’inscrit à la Sorbonne. Il participe au débat qui divise les étudiants algériens entre ceux, comme lui, favorables à une union générale pluriconfessionnelle, à l’image de l’Union générale des étudiants tunisiens, et ceux qui veulent réserver cette union aux seuls étudiants musulmans. Mis en minorité, il rejoint l’Union générale des étudiants musulmans algériens.

Générique

Une série d’entretiens produite par Didier Leschi. Réalisation : Guillaume Baldy. Prise de son : Eric Audra. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Les Mémoires filmés de Mohammed Harbi de Bernard Richard et Robi Morder (2021)

Bibliographie

Mohammed Harbi,  Autogestion en Algérie, une autre révolution ? (1963-1965) édition Syllepse, 2022.

Philippe Labro, Tramor Quemeneur,  La guerre d’Algérie en direct, Le Cerf, 2022.

Mohammed Harbi, Une vie debout, mémoires politiques, 1945-1962, Paris, La Découverte, 2001.

Mohammed Harbi, Le FLN, mirage et réalité. Des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Edition Jeune Afrique, 1985.

Renaud de Rochebrune, Benjamin Stora, La guerre d’Algérie vue par les Algériens, Folio, 2021.

Benjamin Stora, Les immigrés algériens en France, une histoire politique, 1912-1962, Fayard-Pluriel, 2009.

Aux origines de FLN : le populisme révolutionnaire en Algérie, Paris, Christian Bourgois, 1975.

Le rapport sur la mise en œuvre de l’autogestion de Daniel Guérin à Ben Bella a été partiellement publié dans Daniel Guérin, Ci-gît le colonialisme, Mouton 1973.

Michel Raptis, «  Le dossier de l’autogestion algérienne », Autogestion, n°3, septembre 1967

L'équipe