Ayyam Sureau à 6 ans
Ayyam Sureau à 6 ans - Archives privées © Ayyam Sureau
Ayyam Sureau à 6 ans - Archives privées © Ayyam Sureau
Ayyam Sureau à 6 ans - Archives privées © Ayyam Sureau
Publicité

Ayyam Sureau est de nationalité américaine, d’ascendance égyptienne, mais aussi profondément imprégnée de culture française. La vie et l’engagement de ses parents l’ont conduite à vivre dans différents pays.

Avec
  • Ayyam Sureau philosophe, fondatrice et directrice de l'Association Pierre Claver

La philosophe Ayyam Sureau a eu une enfance marquée par les divers pays où sa mère, Habiba Wassef, médecin et diplomate, a été postée : les Philippines, la Thaïlande, mais surtout les îles Fidji où elle a vécu plusieurs années à Suva avant que se parents retournent dans leur pays d’origine, l’Egypte. 

Une grande partie de mon enfance s’est passée dans les îles Fidji, dans le Pacifique du Sud. Si vous regardez un planisphère ce n’est parfois pas dessus. Donc c’est aux confins  du monde, aux confins du papier. En revanche si vous regardez sur un globe, c’est là, dans une sorte d’éboulis volcanique, c’est un archipel de 300 îles, au milieu de nulle part et qui sont pourtant quelque part puisque j’y ai habité et passé une enfance insolite. 

Publicité

Le retour en Egypte, à l’âge de huit ans, signe la rencontre avec sa grand-mère paternelle, Téta Amalia, qui quitte Alexandrie pour s’installer avec la famille de son fils. A son contact, Ayyam Sureau découvre la langue arabe, puis la langue française au lycée français du Caire. 

Le souvenir de ma grand-mère Téta ne me quitte jamais. C'est un souvenir d'une immense tendresse et lorsque je dis immense c'est spatial, c'est à dire je me souviens de me jeter dans ses bras, comme au creux d'une vague et d'être perdue dans la douceur de sa peau. Je n'ai jamais retrouvé une peau si immatérielle de douceur. (...) Elle était éclairée de l'intérieur. Et je crois qu'on apprend une langue quand on aime quelqu'un.

Une série d'entretiens produite par Dani Legras, réalisée par Vincent Decque. Prise de son : Yann Fressy. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Bibliographie sélective

L'équipe