France Culture
France Culture
Publicité
Georges-Arthur Goldschmidt à El Sur
Georges-Arthur Goldschmidt à El Sur
© Radio France - L.Rousseaux

Par Pascale Werner. Réalisation : Marie-Laure Ciboulet. Avec la collaboration de Véronique Vila et de Claire Poinsignon. Rediffusion de l'émission du 31/03/2003.Ecrivain, essayiste, traducteur, Georges-Arthur Goldschmidt est issu d'une histoire complexe de persécution et d'exil qui imprègne toute son oeuvre.

Né en 1928 à Reinbeck, près de Hambourg, dans une famille juive de magistrats convertis au protestantisme, il doit fuir le nazisme en 1938. Après l'Italie, il trouve refuge en 1939 dans une maison d'enfants près de Genève où il sera un temps élève domestique. Sauvé des perquisitions allemandes par un vicaire catholique, en 1943, il se convertit à la religion du prélat par reconnaissance et deviendra plus tard agnostique sinon athée.

Publicité

En 1949, il obtient la nationalité française et reprend racine dans la vie en devenant plus tard professeur d'allemand.

Georges-Arthur Goldschmidt est un rescapé et son histoire est emblématique de l'histoire européenne. Depuis 1970, ses chroniques - Un corps dérisoire -, ses récits - Un jardin en Allemagne , La Forêt interrompue , La Ligne de fuite -, ses essais - Quand Freud voit la mer ,* La Matière de l'écriture* -, pour ne citer qu'eux, sont pétris de cette histoire qui inspire aussi le choix de ses traductions, Nietzsche, Kafka, Peter Handke dont il est l'introducteur en France.

Une très belle autobiographie, La traversée des fleuves , retrace les fils de ce parcours, une enfance allemande, une adolescence provinciale française, les scènes primitives de la " culture à double-fond " où Georges-Arthur Goldschmidt puise les thèmes de prédilection de son oeuvre, et qu' A voix nue se propose d'explorer..

1) Une enfance allemande