Gilles Vigneault le 20/04/1990.  ©Getty - Eric Fougère/Corbis
Gilles Vigneault le 20/04/1990. ©Getty - Eric Fougère/Corbis
Gilles Vigneault le 20/04/1990. ©Getty - Eric Fougère/Corbis
Publicité
Résumé

Cinquième et dernière émission autour du poète Gilles Vigneault qui évoque l'importance que peut revêtir une chanson dans une vie, c'est pour cela qu'il ne prend pas cette tâche créative à la légère. Les mots sont accompagnés de musique et la musique de la danse, c'est un tout qui s'enrichit et se complète chez lui.

En savoir plus

Dans ce dernier entretien d'"A voix nue", le poète et chanteur Gilles Vigneault parle des mots, de leur pouvoir, de leur réception par les gens qui écoutent ses chansons. Parfois, il se rend compte "qu'il y a des chansons comme ça qui marquent les gens" et "c'est vrai, c'est très sincère", ce qui lui fait dire, "en somme, ce que vous faites, c'est plus important que vous ne le croyez et c'est plus grave".

Il faut faire confiance, à mon point de vue, une énorme confiance aux mots. Puis après ça, les laisser aller, ne pas essayer de les commenter sans cesse. [...] Il faut comme ça laisser les chansons aller et leur donner la permission de tout faire, de tout être et ne plus s'en mêler. 

Publicité

Il s'explique sur les sources de sa musique qui vient d'un grand métissage, mélangeant le grégorien, les gigues des veillées, la musique irlandaise et écossaise, les grands concerts donnés au collège. "La danse est venue du début, à Natashquan", confie-t-il et pour lui la danse, "c'est une poésie de l'espace" qui malheureusement ne se fixe pas dans le temps, "l'espace garde la danse pour lui". La place de la danse est fondamentale dans son approche de la musique car, explique-t-il, "la musique est venue à moi par le violon et par la façon dont tout réagissait sur les sons du violon, c'est-à-dire on dansait, c'était la musique de danse". 

C'est vrai, le fou, je le retiens beaucoup, je le retiens en écriture, je le retiens partout, et puis là dans la danse, c'est forcé parce que je n'ai pas une culture de danseur ni même de gigueur, mais je fais semblant de danser avec beaucoup d'enthousiasme. Autrement dit, juste aimer danser.  

Références

L'équipe

Daphné Abgrall
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination