Jacqueline Duhême en 2008.
Jacqueline Duhême en 2008. - Sylvain Stricanne via Flickr
Jacqueline Duhême en 2008. - Sylvain Stricanne via Flickr
Jacqueline Duhême en 2008. - Sylvain Stricanne via Flickr
Publicité

Troisième volet d' "A voix nue" avec l'illustratrice Jacqueline Duhême qui convoque les poètes Paul Eluard et Jacques Prévert et aussi Picasso dont elle était "un des bons copains".

Avec

Dans ce troisième entretien d'"A voix nue", Jacqueline Duhême revient sur les deux années qu'elle a passé auprès de Matisse. Elle a appris, dit-elle, l'importance et le goût du travail, "il faut aimer ce qu'on fait". Cela lui est resté toute sa vie, encore maintenant, quand elle intervient dans les écoles, elle essaye de faire passer ce message aux enfants.

L'amour du travail, le goût du travail, le goût de se mettre à un truc qu'on a envie de faire. Il n'y a rien de mieux. 

Publicité

De Paul Eluard, Jacqueline Duhême a illustré d'abord Grain d'aile, qu'il avait écrit pour elle, puis L'enfant qui ne voulait pas grandir. C'est à Saint-Paul-de-Vence qu'elle rencontre Jacques Prévert au moment de la publication de Paroles qui l'a rendu très célèbre. Elle est devenue une amie du couple. Ils ont travaillé ensemble, "c'était passionnant", "ça lui donnait des idées".

Je l'admirais beaucoup, Jacques [Prévert]. Il n'aimait pas qu'on dise qu'il était un poète, il n'aimait pas le mot. Mais il était vraiment pourtant un poète à l'état pur, à un point c'est pas croyable ! Comme il parlait, c'était de la poésie tout le temps. Vivre avec Jacques, pas loin, c'était sans arrêt une révélation pour les mots, pour les choses : "Et oui, on parle du coucher du soleil, mais jamais du lever de la lune. C'est tellement beau !" Enfin, voilà, des trucs comme ça... c'était tout le temps ça, Jacques. Il était merveilleux.  

Elle évoque différentes collaborations comme celle avec Vercors qui a écrit Camille ou l'enfant double sur la question du genre. De cette fréquentation avec des poètes comme Jacques Prévert, Paul Éluard, Aragon_,_ Jacqueline Duhême confie : "Ça m'a apporté tout ce qu'a été ma vie, c'est-à-dire une passion de travail, l'admiration pour les mots, la découverte de tant de choses que j'avais déjà en moi, je crois : la liberté, l'indépendance. Et tout cela à travers des couleurs, à travers des jolis textes. J'ai été super gâtée de ce côté là !"

Avec Picasso aussi, elle a vécu une grande amitié. Elle raconte, à travers les lettres qu'elle lui a écrites, combien ils étaient proches, "j'ai eu une grande amitié avec lui".

7 min

Par Aline Pailler. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Attachée de production : Claire Poinsignon.