Plantu
Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Plantu - Archives privées Plantu
Publicité
Résumé

Un appartement petit, près de la place de la République qui lui est chère, rempli de sculptures qu’il a fabriquées lui-même : de nombreuses têtes de Mitterrand, de Chirac, et beaucoup de magistrats, les bras remplis de dossiers. Tel est le décor dans lequel me reçoit Jean Plantureux, dit Plantu.

avec :

Plantu (Dessinateur de presse et caricaturiste).

En savoir plus

« Je suis devenu dessinateur parce que je ne savais rien faire d’autre ». Mauvais élève, mais bon camarade, Plantu désole ses parents : « qu’est-ce qu’on va faire de toi plus tard ! ». Il parle peu, dessine tout le temps, et heureusement, Monsieur Boulard, son professeur de dessin lui tend la main tandis que Monsieur Normand lui apprend à peindre des coqs empaillés, exercice difficile… « Merci à mes professeurs » dit-il.

Son père est dessinateur industriel à la gare d’Austerlitz. Il dessine minutieusement des locomotives dont on trouve une trace dans l’antre de Plantu. L’observation du travail de son père lui apprendra le goût du travail bien fait et de l’énergie silencieuse. Sa mère s’occupe de lui et veille sur ses études, plutôt mauvaises, au lycée Henri IV, avant de commencer des études en médecine et de trouver sa voie à Bruxelles, enfin élève dessinateur à l’institut Saint Luc. Sa rencontre à 17 ans avec Chantal lui apporte un soutien décisif. Il l’épousera à 19 ans et ils auront quatre enfants. Séparé, il vit seul dans ce petit deux pièces du Xe arrondissement à Paris.

Publicité
Plantu
Plantu
- Archives privées Plantu

La musique l’accompagne toujours:  « j’aurais adoré être musicien ». Éclectique, il écoute du rap autant que du Wagner.
Ses modèles en peinture sont d’abord Ingres « Ah! le bain turc, comme j’aurais envie d’y être… », David « l’enlèvement des Sabines » dont la poitrine de l’une d’elles lui inspirera la Marianne républicaine de ses dessins. Hergé, le dessinateur de Tintin, l’accompagnera durant sa jeunesse et le marquera profondément autant que Reiser dont il admire la liberté, la qualité du dessin et du travail.

Plantu n’est plus seulement un élève « gentil, calme et assidu »; il commence à faire ses premières armes au journal Phosphore, puis dans l’émission de Michel Polac, « droit de réponse », émission impertinente, intelligente et qui fit les belles heures des années 70.
Plantu est lancé, il peut partir à la conquête du monde.

Générique

Une série d'entretiens proposée par Jérôme Clément. Réalisation : Jean-Philippe Navarre. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Mai Phuong Tran. Coordination Sandrine Treiner.

Pour en savoir plus

Le site de Cartooning for Peace

Les publications de Plantu dans Le Monde

500 dessins originaux de Plantu issus des collections de la BnF dans GALLICA

Bibliographie

Publications de Plantu aux Editions du Seuil