Portrait de Catherine Clément en 1986 ©Getty - Lesly Hamilton-Gamma Rapho
Portrait de Catherine Clément en 1986 ©Getty - Lesly Hamilton-Gamma Rapho
Portrait de Catherine Clément en 1986 ©Getty - Lesly Hamilton-Gamma Rapho
Publicité
Résumé

Dans ce quatrième épisode, Catherine Clément raconte son entrée au Quai d’Orsay ainsi que ces séjours à l’étranger, notamment en Inde dont elle devient spécialiste. L’occasion pour elle de prolonger sa réflexion sur les dieux et les religions.

avec :

Catherine Clément (philosophe et écrivaine).

En savoir plus

Pendant la campagne présidentielle de 1981, Catherine Clément entretient des liens aussi bien avec le candidat Mitterrand qu’avec Jacques Chirac, alors maire de Paris. Elle découvre l’importance de la superstition en politique, la place que chacun accorde à leur voyante et se retrouve au milieu de confidences. "Le monde politique est très imbibé de croyances magiques" dit-elle.

Chirac me convie le 9 mai 1981 dans son bureau de l'Hôtel de Ville, durant cet entretien il me dit : "Est-ce que vous voulez bien dire à Mitterrand que dans 5 ans lorsqu'il aura perdu les législatives, j'aimerais bien être son Premier ministre."

Publicité

Après avoir quitté le journalisme, elle devient sous-directrice des échanges artistiques du Quai d’Orsay, poste jusqu’ici jamais occupé par une femme, de surcroît non diplomate. Un recours est posé contre sa nomination par un haut fonctionnaire, ambassadeur, qui deviendra par la suite son compagnon des trente années suivantes.

À ses côtés, Catherine Clément – qui avait déjà été secrétaire générale de l’année de l’Inde en France, en 1983 et avait eu l’occasion de rencontrer Indira Gandhi – part vivre dans ce pays, pour lequel elle nourrit une véritable passion intellectuelle. Sur place, elle étudie la sémiologie des différents groupes et tente de comprendre les systèmes de croyances et de castes en appliquant les méthodes enseignées par les ouvrages de Claude Lévi-Strauss.

Lorsque je suis arrivée en Inde, j'ai commencé par apprendre les castes, les dieux : il y a 300 000 dieux, je me suis débrouillée pour en connaître à peu près 50 par cœur.  J'ai aussi découvert la place de l'astrologie : la date des élections était fixée par les astrologues. 

Une série produite par Maylis Besserie, réalisée par Nathalie Salles. Prise de son : Yves Lehors. Attachée de production : Daphné Abgrall.

6 min

Bibliographie 

  • Mémoires du Dieu Phallus, Catherine Clément, éditions Tohubohu
  • Mémoire, Catherine Clément,  éditions stock.
  • Cherche-Midi, Catherine Clément,  éditions stock.
Références

L'équipe

Portrait de Maylis Besserie
Portrait de Maylis Besserie
Maylis Besserie
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Sandrine Treiner
Coordination