L’étranger : épisode • 3/5 du podcast Graeme Allwright, le passeur

Graeme Allwright en 1984
Graeme Allwright en 1984 ©Getty - Philippe Le Tellier
Graeme Allwright en 1984 ©Getty - Philippe Le Tellier
Graeme Allwright en 1984 ©Getty - Philippe Le Tellier
Publicité

Son début de carrière à Paris et sa rencontre avec Leonard Cohen, dont il adaptera en français les chansons.

Avec

Un jour, Graeme Allwright « monte à Paris » pour tenter sa chance dans la chanson. Il arrive à la Contrescarpe avec dans sa guitare quelques adaptations de chansons folkloriques et une ou deux traductions de Pete Seeger ou Bob Dylan. Colette Magny le présente à Mouloudji, et voilà un premier disque… Un début de carrière presque habituel dans les années 60, sauf que le jeune espoir a déjà quarante ans… et que le succès le gêne. Et il y aura en 1973 la rencontre à l'Olympia avec Leonard Cohen :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il n'est pas toujours gai. J'ai passé des nuits entières à travailler, travailler, travailler, pour adapter un certain nombre de ses chansons, en commençant par l’Étranger, Suzanne bien sûr, et puis j'ai eu la chance quand il est passé en 73 à l'Olympia d'aller le voir dans sa loge, puis à son hôtel le lendemain matin. Il m'a raconté sa vie dans les choses les plus intimes. Et puis on s'est retrouvé plusieurs fois à Paris et au Canada. (…) Ce n'était pas facile de traduire ses chansons. Quelques fois c'est un équivalent. J'ai passé des nuits parfois bloqué sur une phrase. Vers 4 h du matin, je me couche, et je me lève le matin et je dis : Eurêka, j'ai trouvé !!!

Publicité

« Un jour penché à ta fenêtre

Il te dira qu'il veut renaître

Au monde que ta tendresse lui cache

Et sortant de son portefeuille

Un vieil horaire de train, il dit:

Je t'avais prévenue je suis étranger »

(L. Cohen, trad. G. Allwright)

L'équipe